6e baromètre du livre numérique : l'usage mixte papier/ebook remarqué

Antoine Oury - 16.03.2016

Lecture numérique - Usages - baromètre du livre numérique - baromètre du livre numérique SNE - livre numérique Livre Paris


Le Syndicat National de l'édition, la SOFIA (Société Française des Intérêts des Auteurs de l’écrit) et la Société des Gens de Lettres (SGDL) ont présenté aujourd'hui à Livre Paris le 6e baromètre des usages du livre numérique. Soit deux sondages menés en parallèle par OpinionWay sur deux échantillons, de 2006 et 502 personnes, pour tenter de définir l'état de la lecture numérique en France, et son avenir.

 

Lecteur ebook + livres papier

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

Les différents entretiens pour récupérer les résultats de ce baromètre ont été réalisés le mois dernier, précise OpinionWay dans sa présentation, disponible en fin d'article. Les échantillons sont bien sûr représentatifs, et l'institut de sondages conseille d'appliquer une marge d'erreur de 1 à 2 points pour le panel de 2000 personnes, et de 2 à 3 points pour celui de 500 personnes.

 

Ces précisions faites, le baromètre signale une légère hausse des lecteurs numériques, qui sont 20 % dans le panel des 2000 interrogés : selon le baromètre du livre numérique 2015, ils étaient 18 %. Le profil change assez peu, puisqu'il est dominé par la figure de l'homme jeune et diplômé, devenue traditionnelle dans les baromètres.

 

On compte 6 % de lecteurs potentiels de livres numériques, même niveau que l'année précédente, et 74 % de lecteurs qui assurent qu'ils ne liront jamais de livres numériques, contre 76 % pour le baromètre 2015.

 

Leur réputation les précède : les lecteurs de livres numériques sont de grands lecteurs, qui lisent d'ailleurs beaucoup de livres papier. Ils sont 63 % à avoir lu un livre papier dans le dernier mois, et 25 % à lire au moins 20 livres par an (contre 39 % et 13 %, respectivement, pour les non-lecteurs de livres numériques).

 

Au niveau des dépenses, on constate que les volumes d'achat et de dépense diminuent pour les lecteurs de livres numériques.

 

Les eReaders ne sont pas morts

 

Du côté de l’équipement, les liseuses gagnent quelques points (28 contre 25 % en 2015), et le reste ne surprendra pas : le smartphone est le plus répandu, devant l’ordinateur portable, la tablette, l’ordinateur fixe, les consoles de jeux... Le thème de ces Assises du livre numérique, le mobile, ne surprendra pas à la découverte de ces données : c’est clairement le canal à considérer pour la lecture.

 

Attention toutefois, si le smartphone est très répandu, il n’est utilisé pour lire que par 27 % de ses propriétaires : la tablette reste l’appareil mobile le plus couramment utilisé (derrière la liseuse, évidemment) pour découvrir un texte. Notons que 29 % des lecteurs multisupports utilisent plusieurs appareils pour lire le même livre, ce qui prouve que des stratégies de formats ouverts, ou même de solutions interopérables dans un système propriétaire, sont primordiales.

 

Pour se fournir en ebooks, les lecteurs se tournent encore majoritairement vers les sites d’opérateur, avec une légère baisse toutefois, de 48 à 40 % pour les achats. Si bien que ces sites sont à présent fortement concurrencés par ceux des grandes surfaces spécialisées, qui prennent 6 points cette année. Seulement 11 % des lecteurs numériques se tournent vers des sites Internet de librairies pour s’approvisionner, une donnée qui interpelle, évidemment.

 

La littérature domine de loin les genres de livres achetés, mais aussi lus ou consultés. On retrouve dans le trio de tête les documents et essais, suivis par les textes de sciences humaines et sociales, au coude à coude avec les beaux livres.

 

Indicateur intéressant de ce baromètre, 33 % des lecteurs numériques achètent « à chaque fois ou parfois » la version imprimée, ce qui laisse penser que des offres associant version papier et version numérique pourrait intéresser de nombreux lecteurs. 36 % des lecteurs de livres numériques sur smartphone ont déjà utilisé cet appareil pour un achat de livre numérique, pour une moyenne annuelle de 31 €.

 

L’achat à l’acte reste le pilier de la consommation de livres numériques, avec 65 % de lecteurs qui préfèrent ce type de dépenses. 19 % favorisent le prêt numérique, 7 % la location et 6 % l’abonnement. 59 % des lecteurs ont acquis des livres numériques gratuits et 30 % d’entre eux ont déjà eu recours à la lecture en streaming.

 

57 minutes sont consacrées chaque jour à la lecture numérique, en moyenne, pour 6 livres numériques achetés par an. 

 

Examen très attendu, celui du piratage, qui a déjà été commis par 16 % des lecteurs de livres numériques, principalement en raison d’une indisponibilité dans l’offre légale et en raison d’un prix trop élevé. À l’inverse, le droit d’auteur constitue un frein au téléchargement illégal pour 58 % des lecteurs de livres numériques.

 

 

  6e édition du Baromètre SOFIA/SNE/SGDL sur les usages du livre numérique