Accord Google : les esprits s'échauffent à la Foire de Francfort

Clément Solym - 19.10.2009

Lecture numérique - Acteurs numériques - google - débat - droit


Si les droits de l'homme et la liberté d'expression notamment en Chine étaient des questions très débattues (quoique les débats aient été à sens unique) à la Foire de Francfort, un autre sujet occupait aussi les esprits.

Il s'agit bien évidemment, de l'accord passé entre Google et les auteurs et éditeurs américains. Une table ronde sur le thème « Les positions européennes et américaines dans l'accord Google » a été très animée. Parmi les participants à cette table ronde on pourrait citer Santiago De La Mora (le directeur des partenariats livres pour Google en Europe), Christian Sprang (de l'association des éditeurs et libraires allemands), Richard Sarnoff (de chez Bertelsmann inc.) et Roland Reuss (professeur de littérature à l'université d'Heidelberg en Allemagne).

Accessibilité et industrie du livre

Le débat a notamment été marqué par l'affrontement entre Richard Sarnoff, qui défendait l'accord Google et Roland Reuss qui était en parfait désaccord avec celui-ci. Roland Reuss a argué que les efforts de Google en matière d'accessibilité ne seraient pas sans conséquences et qu'à terme cela démolirait l'industrie du livre. Le professeur avait au passage envoyé une pique à Sarnoff en disant qu'il était « naïf » de faire confiance à Google.

Richard Sarnoff ne s'est pas laissé démonter et a insisté sur l'importance de l'accessibilité aux oeuvres, affirmant qu'aujourd'hui les étudiants se retournent de plus en plus vers les ressources numérisées. Or, la plupart des oeuvres du 20e siècle ne sont pas numérisées. Ce quoi Roland Reuss a répondu qu'évidement il était pour l'accessibilité mais « contre le fétichisme de l'accessibilité ».

Revenant sur la remarque de Reuss sur la destruction de l'industrie du livre, Richard Sarnoff a soutenu que l'accord Google ne concernait que les oeuvres orphelines ou qui ne sont plus publiées. Étant donné qu'elles ne rapportent plus rien à personne, il estime que l'industrie n'est pas menacée mais au contraire que cela redonnera une « nouvelle vie » à ces livres.

Bataille culturelle sur les droits moraux

Le débat a été axé aussi sur le problème des droits d'auteurs. Roland Reuss a encore une fois lancé un assaut en indiquant que l'accord Google ne respectait pas la convention de Berne. Et plus particulièrement le volet des droits d'auteurs concernant le droit moral. Il faut savoir qu'il s'agit d'une spécificité européenne qui n'existe pas aux Etats-Unis.

Richard Sarnoff, a concédé que ceux qui ont établi l'accord n'avaient pas prévu un tel retour de bâton « doctrinaire » de l'Europe sur les droits moraux, affirmant au passage que le but était de faire quelque chose qui profiterait à tout le monde. Enfin, il a déclaré que les oeuvres européennes seraient probablement retirées de l'accord.

Il faut savoir qu'une rencontre a eu lieu durant la Foire entre la fédération des éditeurs européens (qui représente les associations de 27 pays) et l'association des éditeurs américains. La fédération des éditeurs européens tenait notamment à faire savoir à l'association des éditeurs américains qu'elle n'avait aucun droit de négocier à la place de ses consoeurs étrangères.

La table ronde a donc failli tourner à la bataille culturelle. Au milieu de ces échanges houleux, Christian Sprang était le plus modéré acquiesçant à certaines remarques de Sarnoff mais s'opposant à quelques points de l'accord Google.

Santiago De La Mora, pour sa part, a passé son temps à essayer de faire entendre que Google ne voulait pas devenir éditeur. Pourtant la mise en place d'une plateforme de téléchargement par le géant américain, et certains points de vocabulaire laissaient entendre le contraire.



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.