Adobe exulte : vive les DRM sur les exemplaires de Google eBooks

Clément Solym - 07.12.2010

Lecture numérique - Acteurs numériques - verrous - ebooks - google


La mise en place d'une copie de sauvegarde dans l'offre de Google eBooks impliquait forcément de trouver un système de protection pour les livres numériques achetés par le biais de Google ou des libraires profitant du service de l'ebookstore.

Comme nous le précisait Philippe Colombet, responsable Google Livres France, la société avait dénombré 85 lecteurs ebooks en mesure de supporter les DRM Adobe, en vigueur dans le secteur. Car forcément, c'est bien cette solution qui a été choisie, au grand bonheur de la société Adobe. (notre actualitté)

« Nous sommes ravis de rejoindre Google dans le plus grand écosystème de distributeurs de contenus qui croient en la possibilité de donner aux consommateurs la liberté de lire des ebooks sur toutes les plateformes et tous types de périphériques », annonce la société dans un communiqué.

Dave Burkett, vice-président et directeur général de solution business Creative d'Adobe, ajoute que cette introduction de DRM permettra d'aider les éditeurs à naviguer dans un paysage en rapide évolution.

Généraliser l'ePub, certes, mais surtout les verrous

Interrogation : pour le moment, « plusieurs centaines de milliers » de livres récents sont compris dans l'offre de Google eBooks, mais à l'avenir d'autres éditeurs devraient suivre la tendance et proposer leurs ouvrages à la vente. Ce qui finira par généraliser globalement, non seulement le format ePub (bonne chose), mais également les DRM (mauvaise chose).

Si la copie téléchargeable par l'utilisateur est dite « de sauvegarde », nul doute que Google n'incitera pas à en solliciter cette solution, mais bien plutôt à profiter du système cloud. Sauf qu'avec un tel potentiel de vente, Google va indirectement, mais assurément conforter les éditeurs dans la direction d'ouvrages verrouillés par des mesures techniques de protection.

Probablement pas demain la veille que l'on verra ces trucs disparaître, alors qu'il est pourtant si simple de les extraire des ebooks...