Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Adobe va crypter les données, mais poursuit sa surveillance des usagers

Clément Solym - 15.10.2014

Lecture numérique - Acteurs numériques - Adobe ebooks - violation vie privée - lecture numérique


Passer de l'espionnage militaire ou industriel à celui des citoyens lambda était dans l'ordre des choses. Mais Adobe, société qui propose un outil d'identification pour vérifier les ebooks avec DRM, est passé au nouveau cap : l'espionnage des lectures. Épinglé par différentes organisations, dont l'American Library Association, l'acteur numérique doit commencer à sentir peser le poids des responsabilités.

 

 

Spy Cam Surveillance Camera NSA Spying Security Camera Sign Pics by Mike Mozart of TheToyChannel & JeepersMedia on YouTube #NSA #SpyCam #Spying #SecurityCamera #Surveillance #SurveillenceCamera #SurveillanceCamera #Sign #SecurityCameras #StopWatchingUs

Mike Mozart, CC BY 2.0

 

 

La seule riposte derrière laquelle s'abrite l'entreprise est un communiqué de presse, où elle confirme que la collecte des informations relatives aux utilisateurs est conforme à sa politique de confidentialité. Autrement dit, les utilisateurs de la suite Adobe Digital Editions 4 sont bien surveillés, sans que l'on sache pour quelles fins, ni où vont les données par la suite.

 

Ce qui implique que les sociétés prestataires des bibliothèques, pour le prêt d'ebooks, participent également à cette surveillance. La question, ici, n'est pas liée à un scan du disque dur de l'utilisateur, mais du lecteur ebook, une fois que ce dernier est connecté à l'ordinateur. Sauf que cette action n'a pas été validée par l'utilisateur, et que personne n'a été informé, avant la semaine passée, de ce qu'il advenait.

Adobe continue de se défendre en arguant que les données sont « recueillies à des fins telles que la validation de la licence [NdR : l'identification du DRM, pour autoriser la lecture] et faciliter la mise en œuvre de différents modèles de licences ». Tout cela n'a pourtant pas de sens. La seule nouveauté, dans la mise à jour que promet Adobe depuis qu'elle s'est fait prendre la main dans le sac, est que le transfert des informations sera crypté. 

 

Aucune intention, donc, de cesser l'espionnage, juste de sécuriser la diffusion vers ses serveurs, des informations obtenues. 

 

On se souviendra alors qu'en octobre 2013, la société avait été victime d'un piratage, et que les données personnelles de 2,9 millions de comptes clients avaient été captées dans l'opération. C'était la première partie de l'information, mais, dans un second temps, la firme réévaluait l'impact de ce hacking à 38 millions de comptes

 

Il ne reste alors qu'à attendre de voir quand les informations des usagers de lecteurs ebook seront diffusées sur la toile, après un nouveau hacking.