Adopte un Auteur : "Promouvoir à une échelle humaine, pas industrielle"

Antoine Oury - 28.02.2013

Lecture numérique - Usages


« À moins de s'appeler Marcela Iacub, il est difficile de se faire une place en tant qu'auteur dans le paysage médiatique actuel. » Le constat est évident, le remède presque autant. Avec "Adopte un Auteur", Neil Jomunsi entend remédier à cet aspect paradoxal du Web, vitrine où chacun à sa place mais où personne n'est certain de la garder longtemps. 

 

Neil a un paquet pour vous... 

 

 

Pas besoin de faire partie de la mafia pour arriver à cette conclusion : pour réussir, tout est une affaire de réseaux. Alors qu'il cherchait « une manière de mobiliser la communauté des blogueurs autour de [s]ses propres romans », Neil Jomunsi, geek, fondu de poésie anglaise du XVIIIe, auteur de Jésus contre Hitler (Walrus), propose l'adoption de l'auteur, ce qui s'avère plus encourageant que la mort que certains lui ont promise.

 

« Les éditeurs commencent à saisir l'intérêt que ces chroniques possèdent. Car si leur trafic mensuel est loin de celui des grands sites d'information, ils n'en sont pas moins fréquentés par des gens fidèles et à l'écoute », analyse Neil Jomunsi. De potentiels lecteurs qui partagent, aiment et relaient, plus engagés sur les réseaux que les habitués des critiques de Télérama. Pour la plupart amateurs, les blogueurs travaillent à la passion, doublée d'un café serré si besoin est. Voilà le deal : « Les blogueurs aiment lire: nous leur offrons donc les livres. »

 

"L'essentiel, c'est que la critique existe"

 

Sur une page du blog de Neil, il est donc possible de devenir blog partenaire, afin de recevoir un livre de l'intéressé, gratuitement. Enfin, presque : en échange, le blogueur s'engage à rédiger un article sur ce qu'il aura reçu - et lu. « Peu importe que la chronique soit bonne ou mauvaise, que le lecteur ait adoré ou détesté le livre : l'essentiel, c'est que la critique existe et qu'elle fasse vivre le livre sur le net. » Pour l'auteur, c'est l'assurance de bons classements Google, et d'une valorisation qui ne se limite pas à quelques étoiles sur Amazon.


Sur son blog, l'auteur créé alors un formulaire simple et rapide, afin de concrétiser les possibilités de transaction : « Alors que je discutais de l'initiative sur Twitter, des auteurs et des blogueurs ont réagi, intrigués d'abord, enthousiastes ensuite. » Qu'à cela ne tienne, le nom de domaine adopteunauteur.fr est d'ores et déjà réservé, et une structure plus vaste va voir le jour. « Les auteurs disposeront d'une biographie, d'une photo, d'un espace pour décrire leur univers et pour être contactés par les "commentateurs" intéressés pour prendre cet auteur dans leur "pool" », référence à un célèbre site qui fait de la traite de types.

 

« Il est essentiel que les auteurs se prennent en main et atteignent les lecteurs directement », et la diffusion numérique devrait permettre aux auteurs inscrits de faire circuler le livre à moindre prix, sans même penser au piratage du fichier : le blogueur volontaire ne blesserait pas son propre auteur adopté... Un circuit alternatif aux chroniques calibrées, institutionnalisées des médias à l'audience plus large : la critique littéraire se fait sans les critiques, et ce n'est peut-être pas plus mal.