Aéroports, rétribution : les stratégies d'Amazon pour rester leader

Clément Solym - 01.07.2010

Lecture numérique - Acteurs numériques - amazon - stratégies - leader


Dans son combat contre Apple et le reste de la concurrence, Amazon se voit contraint de trouver des solutions pour être toujours plus attractif. D'autant plus que si la société possède toujours 80 % de parts de marché, sa côte commence à descendre. Lundi, l'indice d'Amazon avait chuté de 10 %.

Parmi les initiatives entreprises par Amazon pour rester le leader du marché, on se souviendra de la baisse de 30 % du prix du Kindle 2 (histoire de ne pas être plus cher que les deux modèles de Nook à venir). La société avait aussi conclu un partenariat avec Asus afin que son Kindle for PC soit installé directement sur les ordinateurs du taïwanais. Si les clients ne venaient pas spontanément vers le Kindle alors cela devait être au Kindle d'aller à eux.


Les aéroports pris d'assaut


Toujours dans l'optique d'aller chercher les clients, Amazon a fait mettre en vente son Kindle dans les boutiques HMSHost de plusieurs aéroports américains (Atlanta Hartsfield Jackson, Charlotte Douglas, Dallas Ft. Worth, George Bush Houston, Miami International, Minneapolis St. Paul, John Wayne, Salt Lake City, San Diego International, Mineta San Jose, Tampa International).

La société vise à s'établir un peu plus auprès de ceux qui ont l'habitude de voyager souvent, autrement dit son coeur de cible en matière de clientèle. D'autant plus que ces voyageurs sont souvent de plus gros consommateurs de lectures que le client lambda.

Garder une offre étendue et des prix bas


Enfin, dernière initiative en date qui est mise en application dès maintenant, la rétribution de 70 % des gains générés par la vente aux éditeurs ou auteurs pourvu qu'ils acceptent un prix de vente peu élevé et quelques autres conditions. Pour Amazon, il s'agit d'une double stratégie, garder les prix les plus bas du marché et faire venir un maximum d'éditeurs et d'auteurs dans son écurie pour avoir l'offre la plus étendue.

Dans les faits les éditeurs ou auteurs devront mettre leurs ebooks en vente à un prix situé entre 2,99 et 9,99 $. Ce prix devra en outre être au moins de 20 % inférieur à celui de l'édition papier. De plus, la version des ebooks devra pouvoir être compatible avec les innovations Amazon. Et bien évidemment, ces innovations apportées aux fichiers de base ne pourront donner lieu à d'autres négociations. L'ajout d'un Text-to-Speech à l'ebook par exemple ne pourra pas faire l'objet de négociations.

Décidemment, Amazon semble bien décidée à ne pas céder de terrain à ses concurrents mais y arrivera-t-elle ?