Allemagne : Buecherkiste, site d'ebooks piratés, raccroche

Clément Solym - 22.11.2012

Lecture numérique - Usages - Buecherkiste - site de piratage - Allemagne


C'est la fin d'une époque pour les internautes allemands, qui pratiquaient avec plus ou moins d'assiduité le site buecherkiste.org. L'un des plus importants dans le domaine du téléchargement illégal de livres numériques s'est fait mettre à bas. Sauf que la relève est déjà assurée, ou quasi. L'histoire de Sysiphe renouvelée, un classique du net.

 

 


 

 

Lesen présente le site Buecherkiste comme un simple blog d'apparence, sans prétention, mais qui pointait des vers milliers de liens entraînant le téléchargement d'un livre numérique. Des best-sellers, des documentaires, de la fiction, et sur lequels l'internaute allemand tombait assez facilement depuis une recherche avec ‘nom du livre + ebook'. 

 

Avec un trafic estimé entre 20 et 30.000 visiteurs par jour, le site avait une certaine efficacité dans le domaine, mais depuis le 31 octobre, les amateurs d'ebooks trouvent porte close. De quoi soulager tout à la fois les libraires en ligne, les éditeurs et les auteurs victimes de leur contrefaçon massive ? 

 

Car, tout comme la Team Alexandriz en France, le site semblait opérer la numérisation des ouvrages avec une équipe de cinq personnes, dont deux sont toujours opérationnelles sur le site. D'une part, le désistement des fondateurs, de l'autre, les plaintes grandissantes, venant des auteurs et des éditeurs... De quoi mettre un terme au projet.

 

En deux années et demie de travail, les cinq personnes auront tout de même réussi à rendre leur site incontournable, et ce, alors que la croissance du livre numérique en Allemagne se poursuit. Complices malgré tout de la scène Warez, ils ne percevaient pourtant pas de revenus, liés à la publicité, simplement parce que la logique reposait avant tout sur le partage. 

 

Notons que Buecherkiste désigne un rat de bibliothèque.

 

L'industrie du livre avait de toute manière le site dans le collimateur, puisqu'elle en avait appelé au GVU (Gesellschaft zur Verfolgung von Urheberrechtsverletzungen), association allemande pour la protection de la propriété intellectuelle, pour mettre un terme aux agissements.

 

Cette structure avait fait parler d'elle en début d'année, en proposant aux hébergeurs de contenu contrefait de supprimer les fichiers en infraction, sans condamner massivement les sites. Un calcul simple : on trouve certes des liens vers des fichiers pirates, mais également des contenus tout à fait légaux... Autant donc ne pas punir tout le monde. 

 

Dans l'optique d'améliorer l'offre légale actuellement proposée outre-Rhin, une pétition a été constituée, pour solliciter les députés allemands, et leur demander l'instauration d'un taux réduit de TVA sur le livre numérique.