Allemagne : énormes déploiements policiers contre les pirates d'ebooks

Clément Solym - 23.12.2015

Lecture numérique - Législation - pirate ebooks - Allemagne contrefaçon - police procureur


La police allemande a frappé fort contre les pirates, après avoir procédé à une série de perquisitions dans plus de 150 appartements du pays. Voilà deux mois que les actions policières s’intensifient, avec un certain succès, observe-t-on. Entre novembre et décembre, les autorités ont littéralement fondu sur le milieu warez.

 

piratenkitty

Ruth, CC BY ND 2.0

 

 

Début novembre, le site boerse.bz, successeur de boerse.to a été la cible d’une campagne : avec 2,3 millions d’utilisateurs inscrits et 7 millions de visiteurs mensuels, le site était l’une des grosses plateformes de la contrefaçon en Allemagne. Des dizaines de milliers de livres numériques étaient proposés. Une série de 120 perquisitions et le déploiement de 400 policiers a ainsi frappé fort.

 

Le 9 décembre, une autre action, plus spécifique, a été entreprise : 35 appartements et maisons ont fait l’objet d’un raid policier. 

 

Dirigée par le bureau du procureur de Munich, l’action de multiples départements de police a permis de mettre hors circuit les deux sites : ebookspender.me et spiegelbest.me. Ces espaces proposaient, semble-t-il, la plus importante offre d’ouvrages illégaux avec plus de 60.000 titres référencés. 

 

Les titres de plus de 20.000 auteurs ont été retrouvés dans les serveurs – le tout était alors financé par des frais d’inscriptions et/ou de la publicité. « Nous sommes heureux que, dans le sillage de ces mois de collaboration avec les autorités chargées de l’enquête, nous ayons pu aboutir à un succès durable, qui ne cible pas sur des utilisateurs, mais des dirigeants décisifs », indique Björn Frommer, directeur général de Waldorf Frommer, société de conseil et de protection de la propriété intellectuelle. 

 

Quelques questions demeurent

 

Mais alors, pourquoi le site lesen.to est-il toujours actif et en ligne ? Il semble que Ebookspender.me ne disposait que d’un trafic de 45.000 pages vues par mois, et une faible représentation sur la toile. Le blog Spiegelbest.me n’en enregistrait que 6000. A contrario, Lesen.to affiche plus de 1,6 million de visites mensuelles. Alors qu’en comprendre ?

 

Pour l’instant, seules les spéculations existent. L’idée véhiculée est que l’on se serve de cette dernière plateforme pour frapper encore plus fort, et remonter plus loin encore, tant du côté des animateurs du site, que des utilisateurs. 

 

Les deux sites mis hors ligne fournissaient aux utilisateurs un service payant, de 5 € mensuels, pour l’accès à 50.000 titres piratés. De la sorte, indiquent les autorités, ils se sont ainsi assuré une source de revenus importante, et qui perdurait dans le temps. 

 

Reste que les opérations ont été menées dans le plus grand secret, ce qui aurait augmenté leur efficacité, souligne le bureau du procureur. Plusieurs maisons d’édition parmi lesquelles Random House, Bonnier, BasteiLübbe ou Holtzbrinck ont porté plainte. Une trentaine de personnes, soupçonnées d’être les animateurs du site Spiegelbest et une quinzaine d’autres, utilisateurs, ont été interpellées. (via Lesen)