Amazon accepte finalement le patois des Cornouailles

Xavier S. Thomann - 09.04.2013

Lecture numérique - Acteurs numériques - Amazon - Cornique - Cornouailles


Dans un premier temps, le géant Amazon avait estimé impossible de mettre sur son Kindle Store un livre pour enfants écrit en Cornish, la langue régionale des Cornouailles en Angleterre. Certes le cornique n'est pas beaucoup parlé, mais ce n'était pas une raison pour ne se battre pour que la langue puisse exister à l'ère numérique. 

 

 

 

 

Le livre en question, une traduction du livre pour enfants Matthew and the Wellington Boots, est en effet le premier livre numérique dans cette langue. Amazon avait tout d'abord expliqué que le Kindle « ne pouvait faire tourner » cette langue sur sa machine. Une réponse plutôt étonnante dans la mesure où l'alphabet même qu'en anglais. Autrement dit, pas de caractère à ajouter. 

 

Diglot Books, l'éditeur de l'ouvrage s'en était ému et a réussi à fédérer un comité de soutien à travers les réseaux sociaux. Et la directrice de la maison, Alison O'Dornan, a enfin pu annoncer qu'Amazon avait changé d'avis, pour le plus grand bonheur des enfants de la Cornouaille, qui seront sans doute ravis. 

 

Elle a déclaré : « La bonne nouvelle c'est qu'Amazon a changé d'avos grâce au soutien que nous avons recueilli, et a désormais accepté de publier le titre en cornique ». La firme de Seattle lui a aussi fait savoir qu'elle « travaillait pour ajouter plus de langues à la liste déjà existante. » 

 

C'est vrai que la liste en question est plutôt maigre : anglais, français, allemand, italien, japonais, portugais, espagnol, catalan, galicien et basque. Les langues régionales ne sont pas donc pas mises à l'honneur, mais Amazon a-t-il vocation à faire de la conservation du patrimoine ? 

 

Rappelons que c'est avant tout une entreprise, et non une association caritative de défense des langues. Toujours est-il qu'on peut saluer leur changement d'attitude vis-à-vis du cornique. Car il faut savoir que 40 % des langues existantes sont en voie d'extinction. De là à faire autant de Kindle Store différents, il ne faut pas rêver non plus.

 

Et puis, Amazon ne peut pas avoir tous les défauts du monde.