Amazon : Combien gagnent les autopubliés avec Kindle Unlimited

Julien Helmlinger - 11.09.2014

Lecture numérique - Acteurs numériques - Amazon - Kindle Unlimited - Abonnement - souscription - Prix des ebooks


Environ deux mois après le lancement officiel de Kindle Unlimited aux États-Unis, le service de lectures numériques illimitées contre souscription d'Amazon, Publishing Technology a dressé un premier bilan, avec des chiffres plus ou moins hasardeux, mais néanmoins intéressants, au début de ce mois de septembre. Celui-ci s'axe principalement sur l'impact que cette offre émergente pourrait avoir sur les bénéfices des auteurs autopubliés par le biais du programme Kindle Direct Publishing Select. Des écrivains, actuellement en première ligne.  

 

CC by 2.0 par Tax Credits 

 

 

Les auteurs indépendants et autres autopubliés seraient les premiers indicateurs des effets du lancement de la nouvelle offre d'Amazon. Et pour cause, l'autopublication pèserait actuellement pour environ 85 % du catalogue Kindle Unlimited. Ils soutiennent à eux seuls le programme. Ceci s'explique d'une part en raison du fait que les grands éditeurs n'ont pas encore signé pour que leurs publications intègrent le service, et d'autres parce que la société de Jeff Bezos a automatiquement inscrit au catalogue Kindle Unlimited tous les livres de Kindle Direct Publishing déjà inscrits au programme Select.

 

Par ailleurs dans l'industrie, d'autres acteurs doivent négocier à leur rythme. Quoi qu'il en soit, ces auteurs autopubliés KDPS ont été appâtés par Amazon, qui leur a fait miroiter à l'origine la généreuse redevance à hauteur de 70 % de leurs ventes d'ebooks, en échange de la clause d'exclusivité. Mais voilà que cette redevance risquerait éventuellement de leur passer sous le nez, si leurs lecteurs en venaient à souscrire massivement au nouveau service auquel ils servent actuellement de faire-valoir.

 

Car dans le cadre de l'offre Kindle Unlimited, ainsi que dans celui du service de prêt numérique Kindle Lending Library, les bénéfices des auteurs sont à calculer en fonction d'une cagnotte à partager. Bonne ou mauvaise nouvelle pour ces auteurs KDPS ? Tout dépend de la bonne volonté d'Amazon de maintenir ou non, à terme, des redevances moyennes raisonnables par ebook consommé. Cela dépendra aussi de la tarification des livres numériques concernés. Sans oublier la nature des contrats que propose Amazon aux éditeurs et indépendants d'autres horizons. 

 

Comme nous le précise The SF Reader, les auteurs KDP ont trois choix distincts pour chacun de leur livre (et peuvent en changer tout au long de sa publication, avec quelques restrictions pour Select) :

 

 

- Option 35% de revenus (sans conditions)
- Option 70% de revenus - frais de transmission. Ces frais sont calculés en fonction de la taille du fichier du livre numérique. Pour certains livres (nombreuses images par exemple), les frais de transmissions peuvent correspondre à + de 35 % du prix de vente, auquel cas, la première solution s'impose. L'option 70 % n'est autorisée que pour des prix compris entre 2.99$ et 9.99$ (je ne sais plus combien en €) Certains pays sont exclus de cette option 70 % (Brésil, Japon, Inde et Mexique)
- Option Select : (Par durée de 3 mois minimum, reconduite tacitement)
En échange d'une exclusivité Amazon sur la période, le programme enregistre le livre dans Kindle Lending Library (et aux US dans Kindle Unlimited), et l'auteur peut rendre gratuit son livre pendant 5 jours de son choix sur la période. Si le prix correspond à l'option 70 % de revenus, c'est cette option qui est appliquée (y compris au Brésil, Japon, Inde et Mexique). Sinon, la 35 %.

 

 

Cagnotte KDPS et bonus de lancement, indicateurs de succès ?

 

Deux mois après lancement, l'offre illimitée aurait séduit son lectorat. En attesteraient deux révisions à la hausse, successives, de la cagnotte de redevance. Cependant Amazon n'a pas dévoilé de chiffres précis concernant le paiement des auteurs. La firme avait d'abord annoncé à ses auteurs KDPS rallonger la tirelire mensuelle qui leur est dédiée, la faisant passer de 2 à 2,5 millions de dollars, en guise de bonus de lancement d'Unlimited.

 

Chaque fois qu'un titre est téléchargé et que plus de 10 % de son contenu est lu, son auteur gagne droit à sa part de redevance. Pour le mois de juillet, sont exceptionnellement rétribués tous les livres ouverts, même si ce ne fut que pour consulter la page de garde. Un autre « cadeau » qui aura conduit Amazon à ajouter encore 285.000 dollars à ladite cagnotte.

 

Seulement, d'après Publishing Technology, les 2 millions initialement annoncés incluraient 1,2 million de dollars qui était déjà alloué aux autopubliés, en guise de paiement pour leur contribution au service de prêt Kindle Owners Lending Library. Concrètement, Amazon aura prudemment offert 800.000 dollars de butin avant d'augmenter par deux fois la mise. Signe que le succès du lancement a très probablement dépassé les attentes initiales de la firme.

 

Estimation à la louche des gains des auteurs KDPS, au lancement

 

Publishing Technology y est allé de son calcul, approximatif, à partir des informations glanées auprès de certains auteurs autopubliés KDPS, ceux ayant ouvertement communiqué à propos de leurs gains via internet. Pour ce faire, le fournisseur de solutions de contenus aura comparé les données recueillies sur le mois de juin, avec les chiffres de juillet, premier mois de service pour Kindle Unlimited.

 

L'estimation aura relevé pour le mois de juin : 1,2 million de dollars de cagnotte, pour 533 emprunts d'ebooks, ce qui correspondrait à une redevance moyenne de 2,25 dollars par prêt. Le mois suivant, avec l'effet Unlimited, le relevé indique : 2,785 millions de dollars de butin, pour 1 547 222 d'emprunts, ce qui équivaudrait à une rétribution moyenne plus faible, de 1.80 dollar par prêt.

 

Si la société de Jeff Bezos n'avait pas rehaussé par deux fois cette tirelire dédiée aux autopubliés, et en supposant que les chiffres sont représentatifs, cette redevance moyenne par titre consommé aurait pu dégringoler jusqu'aux environs de 1,30 dollar. Via ce système de rétribution ; il semblerait que plus le nombre de téléchargements serait important et plus la rétribution moyenne pourrait s'en trouver diminuée. 

 

Cependant ces chiffres semblent également indiquer que la masse de téléchargement a augmenté de manière conséquente. Aussi, les auteurs KDPS ne sont pas fondamentalement perdants au change. Concrètement celà va dépendre du ratio entre leurs prix de vente habituels et cette variable redevance moyenne. Les écrivains vendant leurs livres à bas prix seront donc plus optimistes.

 

Pour le mois d'août, la cagnotte aurait été revue à la baisse à hauteur de 2 millions de dollars tout rond. Amazon aura possiblement estimé qu'une partie de ses clients, ayant testé le service Unlimited à son lancement, ne lui resterait pas fidèle, ou du moins que le nombre de nouveaux abonnés sera moindre. Reste à voir si une telle tendance se confirme, où si la firme de Bezos adaptera à nouveau sa tirelire, que ce soit en fonction des bonnes affaires réalisées, ou pour ne pas perdre de titres à son catalogue KDPS en raison de rémunérations individuelles trops faibles.