Amazon, depuis longtemps à l'écoute du livre audio

Antoine Oury - 18.07.2013

Lecture numérique - Acteurs numériques - Amazon - livres audio - Audible


L'ebook a occupé l'actualité du site de e-commerce américain à l'occasion de « sa » victoire face à Apple dans le procès pour entente autour du prix du livre numérique, mais le business du livre audio, Amazon fait aussi figure de chef de file, et de redoutable commerçant. The Atlantic revient dans un article sur la construction et la consolidation du secteur livre lu par le géant américain.

 

 

I put these headphones on so I couldn't hear the flies buzzing around.

Marlon E, CC BY-SA 2.0

 


Comme souvent chez Amazon, la construction d'un marché de masse commence avec l'acquisition des acteurs les plus prometteurs. Si le rachat de Brilliance Audio, en 2007, a pour ultime fin de proposer une large sélection de livres audio au format CD avec l'un des premiers producteurs du genre, la firme de Jeff Bezos avait anticipé la dématérialisation à venir dans le secteur.

 

Quand le CD limitait le volume des œuvres adaptables et y ajoutait en prime des frais de port pour l'envoi, le fichier numérique pour le livre audio offre à Amazon la possibilité de mettre en avant et en action son légendaire achat en un clic, confondant de simplicité. Une année après Brilliance Audio, en 2008, Amazon acquiert Audible pour 300 millions $, n'hésitant pas à investir pour se payer le leader du livre audio en MP3.

 

Du Text-to-Speech à l'audio calibré

 

Les premières années d'existence du Kindle le voyaient doté de la fonctionnalité Text-to-Speech, qui convertissait tout simplement un livre numérique en un texte lu, sans qu'aucun coût supplémentaire ne soit réclamé à l'utilisateur. Quelques mois plus tard, la fonction était suspendue au choix des éditeurs ou non de l'activer : la fonction automatique pourrait porter préjudice à la version audio, et Amazon avait alors préféré remettre le choix d'activer la fonction ou non entre les mains de l'éditeur.

 

Une question de propriété intellectuelle, comme l'expliquait en 2009 Valérie Levy-Soussan, de la filiale du groupe Hachette Livre Audiolib : « Les droits audio sont comme les droits audiovisuels attachés à l'oeuvre littéraire, et ils sont protégés, en particulier pour en contrôler les modes d'exploitation », ainsi il « semble alors évident que la fonctionnalité du Kindle de lecture audio va à l'encontre du droit d'auteur ». Un retrait diplomatique de la fonction, donc, mais qui a largement servi depuis au niveau commercial.

 

Amazon a en effet pu se concentrer sur Audible, récemment acquis, et lui donner les moyens dont il avait besoin : l'année dernière, ce sont près de 10.000 livres audio qui auraient été produits. En guise de comparaison, Audiolib, filiale de Hachette, en a réalisé 275 entre février 2008 et fin mars 2013... La société emploierait près de 2000 interprètes par an, en faisant « probablement le plus gros employeur d'acteurs dans la région de New York », d'après le directeur exécutif Donald Katz.

 

 

Alphabetising a CD Collection

nigelpepper, CC BY 2.0

 

 

Il suffisait alors à Amazon d'adapter ses services bien huilés à la vente des livres audio via Audible : la fonction Whispersync for Voice permet de passer facilement du livre lu par un tiers au texte lu par soi-même, l'audio se réglant sur la progression de la lecture. La « Great Listen Guarantee », elle, assure qu'il est possible d'échanger un ouvrage dont l'enregistrement aurait déçu.

 

Des livres lus, mais pas pour toutes les oreilles

 

L'offre d'Amazon, en plus d'être complète, s'est associée à son marché du livre numérique, avec des offres couplées ou des coupons de réduction. À travers toutes ses opérations, Amazon ne vise qu'un seul public, celui de masse. Les livres audio sont donc avant tout créés pour des lecteurs qui n'ont pas ou peu de handicap face au texte imprimé, et souhaitent simplement entendre raconter une histoire.

 

Pourtant, le livre lu est un moyen d'accès à la lecture indispensable aux personnes empêchées, malvoyantes ou non voyantes. Et, sur ce point, l'offre d'Amazon est défaillante : il est ainsi impossible de revenir sur une phrase, ou d'effectuer une recherche sur un mot précis. Par ailleurs, et c'est là la principale critique adressée aux Kindle, les menus ne sont pas lus, ce qui interdit toute utilisation par un lecteur empêché. Par ailleurs, d'autres erreurs, comme l'absence de prise jack et de haut-parleurs sur le Kindle PaperWhite, ont pu décevoir les plus exigeants, et poser quelques questions sur la cohérence du produit.

 

Mais le livre audio s'est démocratisé, et cela suffit à Amazon : les chiffres du marché américain du livre pour le premier trimestre 2013 évaluent la hausse des ventes du livre audio numérique à 14,4 %...