Amazon fait le ménage dans les mots-clés de référencement de livres

Julien Helmlinger - 29.11.2013

Lecture numérique - Acteurs numériques - Amazon - Autoédition - Mots-clés


Sur la plateforme du géant américain, un nombre croissant d'auteurs autoédités recevrait des courriels de la part de leur distributeur Amazon, les avertissant que leurs livres vont être retirés du site web en l'absence de prise de mesures immédiates de régularisation. La raison de ces avertissements ? Les auteurs concernés se seraient rendus coupables d'utiliser les titres de livres d'autres écrivains, comme mots-clés pour leur référencement dans le moteur de recherche, et ce, sans la moindre autorisation de leur part.

 

 

Ces référencements qui font un carton

CC by 2.0 par robertnelson

 

 

Aujourd'hui, nombre d'autoédités ont saisi l'opportunité marketing qui consiste à voir leurs propres titres liés à des bestsellers comme les Fifty Shades of Grey dans le moteur de recherche Amazon. Par ricochet, de pareils mots-clés vont assurément doper le chiffrage des consultations de leur propre livre. Un concept déjà bien mis à profit par l'industrie de l'édition traditionnelle, qui n'échapperait pas aux mêmes mises en garde, bien que dans ce cas ce ne sont plus les auteurs qui choisissent les mots-clés.

 

Si la règle semble comprise des auteurs qui ont tendance à rejoindre Amazon sur la question, en revanche, il ne serait pas encore clair, quant à savoir si un auteur peut enregistrer son propre titre comme mot-clé afin de référencer une suite à celui-ci.

 

Dans le cas d'une réception d'avertissement de la part d'Amazon, les auteurs sont invités à motiver leur choix de mot-clé auprès du géant américain, dont l'équipe va examiner la question et rendre sa décision. Si votre livre s'adresse au même public que celui de E.L James, et qu'il présente de réelles similitudes en matière de contenu, les mot-clés Fifty Shades pourraient être validés même sans l'aval de l'auteure.

 

Bien que cette règle ne constitue pas une nouveauté, l'accroissement de la répression à ce niveau semble indiquer qu'Amazon tient à coeur d'éviter certains fiascos, comme les constats récents qui voyaient de mauvais référencements placer des titres érotiques parmi d'autres destinés à la jeunesse...

 

(via GoodEreader)