Amazon inaugure MatchBook, service pour lecteur et éditeurs

Antoine Oury - 29.10.2013

Lecture numérique - Acteurs numériques - Kindle MatchBook - livre physique - édition numérique


Depuis ce matin, l'offre MatchBook est disponible sur le territoire américain, pour les clients d'Amazon. Ce service inédit permet de se procurer la version numérique, gratuitement ou presque, d'un ouvrage acheté sur le site de ecommerce entre 1995 et aujourd'hui. À condition de bénéficier d'un compte client, et d'avoir acheté les ouvrages pris en compte dans le programme.

 


 

D'après le site de ecommerce, ce sont plus de 70.000 titres qui sont concernés par cette offre sans commune mesure, soit 7 fois plus que ce que prévoyait Amazon il y a quelques semaines, lorsqu'il annonçait la mise en place de l'opération. Un succès qui a visiblement surpris les organisateurs eux-mêmes, et qui révèle un véritable intérêt du côté des éditeurs.

 

« Cela fait vraiment plaisir de voir des réactions positives, aussi bien du côté des lecteurs que des éditeurs », explique ainsi Russ Grandinetti, vice-président de Kindle Content. « Les recrutements pour Kindle MatchBook sont passés de 10.000 à 70.000 en quelques semaines, et nous espérons que cette hausse se poursuivra dans les mois à venir. »

 

Si le titre acheté en version physique est pris en compte dans l'offre Kindle MatchBook, le lecteur se voit alors proposer une offre spéciale, avec une version numérique pour 0,99 $, 1,99 $, 2,99 $ ou, plus rarement, gratuite. De grands éditeurs comme HarperCollins, Macmillan, Houghton Mifflin Harcourt, Wiley, Chronicle Books, Marvel Comics, et bien entendu Amazon Publishing, ont répondu présents : l'offre est après tout avantageuse pour les éditeurs aussi, puisqu'elle permet de remettre en avant un fonds numérique, et de vendre deux fois un même contenu.

 

En France, la question d'une pareille offre couplée rétrocactive semble être possible, mais pose néanmoins problème, du fait de la loi sur le prix unique du livre et du livre numérique. Seule la loi PULN autorise des modifications tarifaires, « en fonction du contenu de l'offre et de ses modalités d'accès ou d'usage » (article 2), alors que la loi Lang interdit toute variation de ce genre. L'offre couplée papier+numérique est donc possible, mais pas nécessairement d'une légalité idéale...