Amazon jouera-t-il le jeu du format standard pour e-book ?

Clément Solym - 13.02.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - Amazon - KF8 - format


Le marché des tablettes est une arène où le fichier standard, « open »,  ne semble plus être qu'un vœu pieux. Et la guerre des formats pour conquérir le maximum de lecteurs (comprenez : des acheteurs de tablettes et de lecteurs e-books) refait surgir une importante discussion sur le lien entre software et hardware. C'est la même bataille sans cesse alimentée du format propriétaire contre le format libre. Amazon et Apple ont depuis longtemps développé leur propre format pour leurs e-books. Problème : les fichiers ne sont pas opérables sur différentes tablettes.

La promesse d'Amazon pour le format Kindle Fire 8 (KF8)? Un ebook enrichi, acceptant les langages HTML 5 (dont le développement a été achevé en 2011, prévoyant de nouvelles balises et « une structure sémantique plus cohérente », plus adaptées pour les pages web, selon Fred Cavazza) et CSS 3 (permettant d'alléger le code source pour le format et le style des pages), permettant d'accéder à un contenu naturellement plus riche : mais le plus important est que ce format, non content d'être compatible avec les appareils d'Amazon (la famille Kindle élargie), pourra également être exploité via les applications Kindle pour iPhone et iPad.

Ce qui inquiète les supporters d'un format unique partagé, pour une meilleure interopérabilité, c'est les trop grosses différences qui existent entre le format KF8 et le format iBook. Par exemple, une double page est considérée comme un seul fichier XHTML pour KF8, et comme deux fichiers chez iBook, que l'on peut orienter séparément en portrait ou en paysage.

 

 


Quant à la rétro-compatibilité du KF8 sur les anciens Kindle, elle est plus que remise en question. Elle est, ou plutôt sera, possible, ce qui change tout pour les utilisateurs.  À l'avenir, il sera possible d'afficher des formats KF8 sur d'anciens supports Kindle, mais il semble que cela ne soit pas encore possible. Ce qui est encore plus dérangeant quand on sait qu'Amazon fait en sorte de ne supporter que le nouveau format, au détriment du format MOBI. Il serait impossible, par exemple, de télécharger un fichier KF8 et un fichier MOBI d'un même ouvrage. (voir notre actualitté).

À cela s'ajoutent les déconvenues des utilisateurs du Kindle Fire : sécurité des données, connexions, réglage du volume, mauvaise réactivité de l'écran tactile... Des solutions logicielles peuvent être apportées à l'usager, mais ce dernier reste très dépendant de la qualité du matériel qu'il utilise. Or tout l'enjeu réside dans une façon de rendre le logiciel, l'application, aussi intuitive que le matériel qui le supporte.  Mais Amazon, comme tant d'autres de ces concurrents, contribue à la segmentation du marché, en ne proposant que des fichiers au format propriétaire compatibles sur une seule génération de tablettes siglées au nom de l'entreprise.


« Les stratégies d'Amazon, Apple et d'autres acteurs (B&N, Sony) sont compréhensibles, voire légitimes, puisqu'il s'agit de conquérir le marché de la lecture numérique en proposant une offre de livre importante pour attirer un maximum de lecteurs, en conditionnant l'accès au catalogue à l'achat de l'appareil propriétaire », selon Alexis Jaillet, d'Ebouquin. Il y a encore du chemin pour permettre une véritable interopérabilité des fichiers.

« Ce n'est plus une question de marque, d'appareils ou de plateformes », affirme Michael Gartenberg, analyste chez Gartner. « C'est une question d'écosystème. L'idée est de lier les consommateurs à cet écosystème aussi fortement que possible, de façon à ce qu'eux et leur contenu soient verrouillés dans un seul et même système ». Pour illustrer ces propos, il semblerait qu'Amazon développe un téléphone, avec l'appui de Brandon Watson, directeur de Windows Phone Development.  Des tablettes, des téléphones, des centres audio-vidéo interactifs, connectés... C'est aussi ce sur quoi Google réfléchirait. Le géant du net nous concocterait une petite boîte à tout faire, des télévisions dispensatrices de bienfaits en streaming, histoire de ne pas trop avoir à cliquer pour se divertir. Bientôt une fonction plaque à induction ou bigoudis chauffants ? L'avenir nous le dira.