Amazon : le miroir aux alouettes de la politique tarifaire Kindle

Clément Solym - 13.04.2012

Lecture numérique - Législation - auteurs - monopole d'Amazon - lecture numérique


Trois éditeurs ont accepté le règlement que le ministère de la Justice américain a proposé, suite à la plainte déposée pour entente sur le prix de vente des livres numériques. De son côté, la société Apple, mise en cause, avec deux autres groupes mis en accusation, préfère se rendre devant les tribunaux. Mais depuis, les commentaires et analyses ne cessent de fuser des organisations professionnelles. 

 

Ainsi, Scott Turow, président de la Guilde des Auteurs, qui avait apporté son plein et entier soutien aux éditeurs, alors qu'ils n'étaient encore que menacés d'une plainte du DoJ, se fend d'un billet aussi laconique qu'incisif.

 

Selon lui, « le règlement proposé est une vision choquante par le petit bout de la lorgnette. En permettant à Amazon de recommence la vente de la plupart des titres à perte, le ministère de la Justice empêchera clairement les librairies indépendantes de tenter une percée dans le marché du livre numérique, et dans le même temps, entraînera une désertion de ces boutiques, au profit du monde propriétaire du Kindle ». 

 

 

 

Amazon et son Kindle, tout un poème : la société, en se lançant dans le livre numérique, a en effet bâti un écosystème fermé, à la manière de ce que fait Apple, avec un format d'ebook propriétaire - étendu désormais aux ebooks enrichis, avec le format KF8 - et proposé sur le marché des appareils de lecture, la gamme Kindle, qui ne supporte que ledit format propriétaire.

 

« Le règlement prévoit également de dresser de gigantesques obstacles aux concurrents d'Amazon, en l'autorisant à fonctionner sans faire de profits. Une manière d'interdire l'accès à ce marché à quiconque souhaiterait y entrer, et de mettre des bâtons dans les roues à ceux qui y sont déjà. »

 

« L'actuel prix de vente très bas des ebooks Kindle ne durera que le temps pour Amazon de rétablir son monopole. Il est difficile de croire que le ministère de la Justie soit parvenu à se convaincre lui-même que cette solution favorisera la concurrence, ou qu'elle puisse être bonne, à long terme, pour les lecteurs. »

 

A lire : Procès antitrust, 'une très grande victoire pour Kindle'


De son côté, l'American Booksellers Association avait aussi affiché sa stupeur. L'ABA avait rencontré le DoJ pour faire valoir toute l'importance du contrat d'agence, dans l'écosystème, et ses bienfaits au titre d'outil assurant une saine concurrence entre les acteurs. Mais avec cette plainte, et le retour à un état antérieur, ce sont les indépendants qui vont payer chèrement la facture. Plusieurs propriétaires de librairies sont déjà la tête dans les cartons, consternés par ces choix. 

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.