Amazon, le site de e-commerce sexuellement libéré

Antoine Oury - 06.03.2013

Lecture numérique - Acteurs numériques - Amazon - livres érotiques ou pornos - publicité


Si Amazon est jugé par beaucoup comme une menace vis-à-vis des vendeurs de culture, des libraires aux disquaires, il se pourrait bien que le site de e-commerce fasse concurrence à certains magasins au fond des ruelles... En effet, le site présente un nombre élevé de livres érotiques, voire pornographiques dans ses listes de vente, et excite les mamans américaines... d'une façon particulière.

 

 

 On a choisi la plus timide...

 

 

Impossible de savoir comment Cnet en est venu à s'intéresser au phénomène, mais il faut reconnaître que les faits sont là, et que l'enquête a été rondement menée... Amazon regorge d'ouvrages, autoédités ou non, explicitement et ouvertement sexués, photographies à l'appui. 

 

Ainsi, Naked Girls Pics : Naked Girls Pics So Sweet With Hot Bodies And Sexy Figures n'est pas le titre d'une page Web que l'on efface de son historique après visite, mais bien celui d'un livre numérique, vendu 1,35 $ sur Amazon, et destiné au Kindle. Dans la barre de recommandation bien connue, d'autres titres : Milf PicturesCreampie Close-Ups ou encore l'alléchant, cela va sans dire, 40 and Still Foxy....

 

La plupart des ebooks comportent un avertissement sur leur page de garde : « Le contenu de ce livre numérique comporte des situations sexuellement explicites et se destine uniquement à un public majeur. Tous les individus qui apparaissent dans ce livre numérique ont 18 ans et plus », mais disposent de la fonction « Preview » qui laisse voir quelques pages du livre. Et, dans ce type de contexte, un aperçu se change vite en strip-tease express.

 

Les ouvrages semi-pornographiques, malgré des notes souvent catastrophiques (les ebooks sont pratiquement tous des compilations de photographies glanées sur Internet), ont pignon sur rue : outre leur nombre, certains titres sont même disponibles dans le programme de prêt Kindle, qui permet d'emprunter gratuitement un ebooks, à la seule condition d'avoir souscrit à Amazon Prime.

 

Des robots peu farouches

 

Fait peu étonnant, Amazon confie la gestion des livres qui sont proposés par les auteurs amateurs à des robots : ce sont ces derniers qui, sur des critères voulus à la fois simples, stricts et clairement définis, suppriment les contenus contraires à la politique du site. « Nous avons des processus et des systèmes - à la fois automatiques et manuels - afin de détecter et de supprimer des livres qui ne correspondent pas à nos conditions d'utilisation » répond l'administration d'Amazon.

 

Il y aurait donc des humains, utiles pour expliquer à la machine la différence entre l'Inceste d'Anaïs Nin, et un livre Kindle Direct Publishing graveleux, limite malsain. Mais les robots restent plutôt permissifs : l'été dernier, Amazon subissait de plein fouet une vague de protestation, pas pour Fifty Shades, mais pour un guide de la pédophilie autour du globe.

 

Bob Johnson, éditeur du milieu (chez XBIZ), signale que le marché « est encore relativement récent, et peu connu aux États-Unis ». « J'imagine que les gens le voient comme une nouvelle façon de mettre du porno entre les mains des clients, et l'industrie a toujours été à la pointe de la technologie » ajoute-t-il avec lucidité. Cnet, qui a joué le jeu de l'exhaustivité, a découvert des ebooks similaires chez Barnes & Noble, et ActuaLitté, consciencieux, en a trouvé chez Kobo. Certains livres sont indisponibles 24 heures après leur mise en ligne, généralement pour cause de couvertures trop trash

 

MILF : Mamans Indignées et Légérement Frappées

 

Les réactions n'ont pas manqué, vis-à-vis d'Amazon ou d'autres sites un peu moins visités, mais présentant le même type de bibliothèque rose : Bookworld s'est fait harponné par le conservateur Herald Sun, pour avoir présenté plusieurs ouvrages autour du thème de l'inceste, il est vrai pas forcément d'un meilleur goût. Depuis, « pussy », « boobs » ou « blowjobs » se sont changés en cris d'amour sans réponse, pas comme sur Amazon, où l'autoédition laisse beaucoup plus de marge aux conpilateurs. 

 

Mais pas seulement : le site de e-commerce aurait commis le péché de chair avec sa dernière campagne de promotion US, qui a choqué plus d'une maman au sein de l'organisation One Million Moms. Ces mères conservatrices s'étaient déjà fait remarquer au moment de l'arrivée d'un homosexuel dans les cases du comics Archie, et réitèrent aujourd'hui avec une publicité qui fait la promotion « du mariage gay », ou du « péché », selon un communiqué publié il y a quelques jours.

 

La publicité est en effet ouvertement gay-friendly : à la fin de cette dernière, la jeune femme en bikini explique que son mari lui amène un verre : « Le mien aussi », reprend l'homme qui galère au soleil avec son iPad.

 

Détail croustillant : les mamans sont encore plus choquées que la publicité ait été diffusée pendant American Idol, à une heure « où les enfants sont probablement devant ».

 

Il aurait mieux valu les laisser choisir un livre dans la bibliothèque Kindle...