Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Amazon modifie les versements de droits d'auteur d'Audible

Antoine Oury - 04.03.2014

Lecture numérique - Acteurs numériques - Amazon - Audible - droits d'auteur


En 2008, Amazon rachetait la société Audible pour la bagatelle de 300 millions $. Depuis, le ecommerçant a considérablement augmenté la cadence de travail, en produisant pas moins de 10.000 livres audio par an. Le service a mis à jour ses conditions d'utilisation, et plus précisément le montant des droits qu'il verse aux auteurs qui autopublient leurs ouvrages via son service dédié, ACX...

 


Audio Book

(The Preiser Project, CC BY 2.0)

 

 

Le site proposait des montants de versements plutôt avantageux par rapport aux autres services de vente : de 50 à 90 % des revenus étaient versés à l'auteur en cas de vente exclusive sur Audible, et entre 25 et 70 % en cas de commercialisation non exclusive. Dans tous les cas, ces taux représentaient un avantage majeur, et étaient même revus au prorata des ventes.

 

À présent, ou plutôt dès le 12 mars, les taux seront unifiés et bien moins alléchants : 40 %, au maximum, dans le cas d'une vente via les trois canaux que sont Audible, Amazon et iTunes, et 25 % dans le cadre d'une mise en vente plus large. Ces changements, tout de même, ne seront effectifs que sur les contenus ajoutés après le 12 mars, tandis que ceux ultérieurs bénéficieront toujours des taux originels. Dans le cas où la vente associerait un auteur et un producteur, les revenus seront divisés entre les deux.

 

L'annonce a bien dû être justifiée : « Nous baissons les paiements tout en poursuivant notre mission de diffusion, pour plus de livres audio. Nos paiements restent bien supérieurs à ceux offerts par les éditeurs de livres audio. » Les éditeurs apprécieront... 

 

Seule consolation pour les auteurs, ils recevront désormais 50 $ de prime lorsqu'un nouvel inscrit au service achètera leur titre en premier, contre 25 $ auparavant. Une incitation à mener une promotion agressive, façon Amazon, justement.

 

Cette décision d'Amazon relance les débats autour du taux très avantageux qu'il propose également aux auteurs qui autopublient leurs textes : 70 % de royalties, mais ce montant semble alors susceptible d'être revu à la baisse, lui aussi... Mais il ne faudrait pas oublier qu'autopublier son livre audio est beaucoup plus lourd, et moins courant, que son texte. Si le site a pu se permettre de modifier à ce point les conditions d'ACX, il semblerait plus délicat d'en faire de même pour son homologue Kindle Direct Publishing.