Amazon premier libraire de France en 2017, selon le cabinet Xerfi

Antoine Oury - 07.02.2014

Lecture numérique - Usages - étude Xerfi - livre numérique - Amazon


L'information la plus alarmiste de l'étude a été mise en avant : d'ici 2017, Amazon pourrait bien devenir le premier libraire de France. L'étude publiée par Xerfi examine la santé du marché du livre français, et s'attend à de nouvelles baisses des ventes dans les années à venir. Par ailleurs, le poids du livre numérique, en valeur, est estimé à 4,7 % du marché du livre français.

 

 

Ebook entre libros de papel

(Maria Elena, CC BY 2.0)

 

L'étude de Xerfi, 295 pages au compteur tout de même, s'intitule La distribution de livres face aux enjeux du numérique, et examine donc avec précision le réseau français, entre 2003 et 2013. Le document distingue de ce point de vue livre papier (étudié sur la période 2003-2013) et livre numérique (sur la période 2011-2013). 

 

La recherche propose également un volet prospectif, qui imagine la situation en 2017 selon 3 scénarios, bas, médian et haut. « Chaque scénario a été construit à partir de l'étude approfondie des déterminants du marché, de l'évolution de la demande (consommation des ménages, pratique de lecture numérique, etc.) et des mutations de l'offre (politique de prix et exhaustivité notamment) des leaders du secteur », explique Xerfi.

 

Les quelques chiffres dévoilés par le rapport indiquent que le livre numérique représenterait 4,7 % du marché du livre français, soit 190 millions € par an. Son taux de croissance annuel, entre 2013 et 2017, est estimé à 20 %.

 

Les ventes de livres en général, elles, sont en berne : 2012 (- 1,7 %), puis 2013 (- 2 %) ont encaissé des reculs, et la série ne devrait pas s'arrêter. Elles représentent toujours près de 4 milliards € cette année, mais le déclin devrait se poursuivre au moins jusqu'en 2017, à raison de plus de 1 % de baisse par an, pour atteindre 3,8 milliards €. Un contexte de crise n'y est sûrement pas étranger.

 

 

 

 

Xerfi s'est particulièrement intéressé à la concurrence dans le domaine de la distribution, avec un examen des différents acteurs de ce commerce, des librairies indépendantes aux grandes surfaces culturelles ou alimentaires, en passant bien entendu par les pure players. Ces derniers tireraient leur épingle du jeu, quand le reste du réseau de librairie devrait perdre 3,5 points de sa part de marché, à l'horizon 2017, selon l'étude.

 

En mai 2013, le cabinet Xerfi avait proposé une étude économique réservée aux seules librairies indépendantes, s'étonnant de leur survie, qualifiée d'« anomalie économique ». À l'époque, Xerfi recommandait aux libraires de s'appuyer sur les pouvoirs publics, l'attractivité des magasins, mais aussi les négociations avec les éditeurs, conscients de l'importance du réseau de librairies. L'étude sur la librairie indé était rédigée par Gabriel Giraud (qui signe également celle sur la distribution) et Alexandre Boulegue.

 

« Dominant déjà largement la vente en ligne d'ouvrages imprimés, Amazon pourrait rapidement s'imposer via son écosystème propriétaire Kindle sur le segment des e-books », affirme Xerfi en guise d'introduction, probablement pour appâter les acheteurs potentiels de l'étude complète, vendue 1600 €. Xerfi précise toutefois que cette hégémonie potentielle d'Amazon pourrait être remise en cause par les initiatives de ses concurrents pure players, mais aussi d'acteurs historiques ou de services de lecture en streaming.