Amazon prépare sa section pour les livres en langue russe

Julien Helmlinger - 17.02.2015

Lecture numérique - Acteurs numériques - Amazon - Russie - Crimée


La semaine dernière, sur la plateforme Amazon.com, les acteurs de l'industrie de l'édition russe ont découvert que le cybermarchand préparait actuellement sa section destinée au commerce des ebooks russophones. Auparavant l'on pouvait déjà trouver des titres publiés en russe sur le site web du géant américain, mais sans section officielle. Par ailleurs, suite aux recommandations de Washington, la firme de Jeff Bezos boude les usagers basés en Crimée.

 

 

 

Selon Vladimir Kharitonov, le président de l'association russe des éditeurs web, diverses nouvelles sections linguistiques ont été ajoutées à la plateforme le 13 février : en hindi, hongrois, latin, polonais, russe, portant à 31 le nombre total des segments linguistiques chez Amazon. La langue russe fait d'ailleurs partie des 8 les mieux représentées en termes de publications, avec plus de 9500 titres disponibles.

 

Vladimir Kharitonov explique que cela reste une offre russophone moindre que celles disponibles sur les sites Litres.ru ou Bookmate.com, et leurs centaines de milliers d'ouvrages. Néanmoins on y trouve, pour les usagers de l'application Kindle, des œuvres en catégories grand public, littérature classique et publications universitaires, ainsi que des ouvrages autopubliés.

 

Apparemment cette nouvelle section russophone, et très probablement les autres segments linguistiques tout récents, n'est pas encore prête. Ce qui pourrait expliquer la discrétion d'Amazon. L'interface reste en anglais pour l'heure, partiellement, et les prix sont tarifés en dollars.

 

À noter que, plus tôt ce mois de février, Amazon a demandé à ses usagers basés en Crimée de fermer leurs comptes, suite à l'annexion de la région par la Russie et les sanctions économiques américaines qui en découlent. La plupart des sociétés américaines présentes en la région en font de même depuis les consignes d'Obama, prononcées en décembre 2014.