Les plans de circulation aérienne des drones signés Amazon

Julie Torterolo - 29.07.2015

Lecture numérique - Acteurs numériques - Amazon drones - livraison colis - couloir aérien


Amazon part bel et bien à la conquête du ciel. Après que la Federal Aviation Administration (FAA) lui a accordé le droit de tester son service de livraison par drones, le géant américain propose désormais un véritable schéma de circulation aérienne. But de la manœuvre ? Que toutes les grosses firmes, surtout elle, puissent effectuer en toute sécurité des livraisons dans les airs. 

 

 

Amazon n’en démord pas : les drones sont l’avenir. Avec un projet dénommé « Prime Air », la firme souhaite développer un service d’acheminement rapide de petits colis, et bien sûr, s'imposer comme principal acteur commercial en la matière. À l’occasion d’une conférence de presse organisée par la NASA, le vice-président du projet, Gur Kimchi, a ainsi dévoilé un plan de trafic aérien made in Amazon. 

 

Pour le géant, il est essentiel de réguler les vols des drones, qui sont véritablement les nouveaux enjeux pour les entreprises majeures, telles que Google, Facebook (on se souvient de leurs drones solaires). 

 

Conscient de l’essor de ces nouvelles technologies, la NASA travaille déjà sur le concept, en collaboration avec le gouvernement américain, afin de créer une véritable charte des trafics aériens pour drone, dénommée Unmaned Aerial Traffic Manegement system. Selon Bloomberg, une centaine d’entreprises a déjà manifesté son intérêt pour le projet, et près de 14 auraient signé des accords avec l’agence, comptant bien sûr Amazon. 

 

« Nous ne pouvons être efficaces en toute sécurité que si tout le monde fait de même », analyse Gur Kimchi. Il paraît évident qu’avec la présence dans l’espace aérien d’avions, de fils électriques, et ensuite de centaines de drones, sans régulation, les chocs pourraient faire très mal, physiquement et financièrement. 

 

Amazon a ainsi proposé son point de vue sur la question, à partir des normes déjà imposées par la FAA. Ainsi les drones devraient rester à moins de 400 pieds, soit 122 mètres. Ce qui donnera deux couloirs de vol : un en dessous de 200 pieds, soit 61 mètres, pour les plus lents, et un autre entre 200 et 400 pieds pour les plus sophistiqués. 

 

Pour perfectionner le tout, tout drone souhaitant décoller émettrait un signal sur internet. Gur Kimchi préconise à cet effet une espèce de bases de données qui avertirait des dangers de collision. Les appareils devraient également pouvoir communiquer entre eux. Et enfin, la touche finale : Tous ces appareils volants devraient être dotés d’un capteur capable de détecter les dangers, tels que les oiseaux. 

 

Un petit aperçu : 

 


Pour approfondir

Editeur : Eyrolles
Genre : sciences...
Total pages : 178
Traducteur :
ISBN : 9782212139761

Les drones ; la nouvelle révolution

de Jobard, Rodolphe

Longtemps réservés à des fins militaires, les drones séduisent aujourd'hui l'industrie par leurs nombreuses applications : photographie et vidéo aériennes, inspection d'ouvrages, surveillance, dépose d'objets, relevés topographiques, évaluation de cultures... Grâce à une règlementation assouplie, ils intéressent également un public grandissant d'amateurs passionnés.

J'achète ce livre grand format à 28 €