Amazon s'engage pour l'accessibilité de ses solutions pédagogiques

Antoine Oury - 07.03.2016

Lecture numérique - Acteurs numériques - Amazon lecture - Amazon accessibilité - National Federation Blind Amazon


Au moment du lancement du Kindle, son appareil de lecture, Amazon faisait figure de pionnier dans l'accessibilité des textes aux personnes empêchées de lire, grâce à sa fonction Text-To-Speech, qui permettait de lire à voix haute un fichier Kindle. Cette fonctionnalité a toutefois disparu, pour des raisons liées au droit d'auteur et à l'offre commerciale en livres audio de la firme, faisant du Kindle un des appareils les moins ergonomiques pour ces lecteurs. Mais la situation pourrait évoluer.

 

Kindle

(Giorgio Minguzzi, CC BY-SA 2.0)

 

 

Aujourd'hui, ce sont plutôt les appareils Apple qui tiennent le podium en matière d'accessibilité, pour les solutions grand public. Pourtant, la ville de New York n'avait pas hésité à signer avec Amazon pour un contrat de fournitures de manuels scolaires et de livres numériques, sur une durée de trois ans, pour ses quelque 1800 établissements scolaires publics.

 

Un contrat à 30 millions € dénoncé par la National Federation for the Blind, qui avançait qu'Amazon ne respectait pas les lois fédérales en matière de service aux personnes handicapées. Et, dans la mesure où le système scolaire se doit d'offrir l'égalité des chances à tous les élèves, on comprend rapidement pourquoi la signature du contrat avec Amazon posait problème.

 

« Nous travaillons en étroite collaboration avec Amazon et les partenaires de la communauté pour nous assurer que toutes les communautés scolaires – y compris celles qui prennent en charge les étudiants malvoyants – soient en mesure d’y prendre part », assurait un porte-parole du Departement of Education de New York. Pour la durée de cet échange, le contrat était suspendu, précisait-on à l'époque.

 

Visiblement, Amazon n'est pas prêt à faire une croix sur ce contrat, et la firme annonce la mise en œuvre de mesures d'accessibilité pour son offre pédagogique. La National Federation of the Blind évoque ainsi « une collaboration pour des améliorations portant sur les contenus pédagogiques, les plateformes et les applications d'Amazon ».

 

Le format propriétaire Kindle, utilisé par Amazon, pose en effet de nombreux problèmes de lecture pour les personnes empêchées, notamment dans la lecture des graphiques, des illustrations, et parfois du texte lui-même, y compris lorsqu'elles utilisent l'application Kindle Reader sur un appareil Apple. Des problèmes incontournables lorsqu'il s'agit de manuels scolaires.

 

Les professeurs et élèves seront aussi appelés à contribuer, en notant les contenus et applications ou en commentant ces dernières avec les problèmes rencontrés. A priori, le contrat prévu devrait donc se mettre en place.

 

Amazon et la National Federation of the Blind se connaissent bien : l'organisation n'avait pas hésité à faire pression sur la firme pour qu'elle améliore son application Kindle, ce qu'Amazon avait fait, notamment, avec l'ajout d'une fonctionnalité VoiceOver, sorte de Text-To-Speech amélioré.

 

(via Market Brief)