medias

Amazon stoppe un trafic de données personnelles entre USA et Chine

Cécile Mazin - 10.10.2018

Lecture numérique - Acteurs numériques - Amazon données personnelles - clients vente données - revendeur marketplace


On ne joue pas avec les classements d’Amazon. Et personne d’autre qu’Amazon n’est autorisé à monétiser les données personnelles des clients. En septembre dernier, la firme avait déclenché une enquête : des employés des États-Unis et de Chine auraient vendu des données clients. Les représailles sont terribles.

 

I'm burning up for you
Huge_K, CC BY ND 2.0

 

Selon les informations que la firme a bien voulu communiquer, on ignore encore si l’employé qui a été identifié comme vendeur a agi seul. Il a d’ailleurs était licencié directement, indique la firme, sans apporter de précisions. L’unique fait reconnu est que le salarié avait vendu à un tiers, revendeur via la markeplace – qui depuis s’est fait éjecté de la liste des marchands.

 

L’ampleur de la vente n’a pas été dévoilée ; on parle tout de même de la vente d’adresses emails à la hauteur de 2000 $ pièce. Gentiment lucratif, donc. Les clients ont également été contactés pour faire état de la situation. 

 

Mais quel intérêt d’acheter des adresses ? Simple : les revendeurs peuvent en effet contacter directement les clients, et leur proposer de modifier ou supprimer un avis négatif qui apparaîtrait sur le site marchand. En effet, les « avis vérifiés » émanant de certains clients ont une incidence directe sur le classement des meilleures ventes et le positionnement des produits sur les pages de résultats de recherche.

 

Amazon demande solennellement à ses clients de l’alerter sur le champ s’ils reçoivent des demandes ou des courriels de vendeurs marketplace, leur suggérant de changer d’opinion. Une nouvelle manière de lutter contre la fraude aux commentaires qui sévit sur le site marchand. 

 

Avec plus de 300 millions de comptes à travers le monde, selon les estimations, et des données à foison – comme les numéros de carte bleue... – l’entreprise a fort à faire avec la gestion de ses bases de données. 

 

Le combat continue.


 

via Wall Street Journal




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.