Amazon : un concurrent déloyal selon Kobo

Clément Solym - 01.02.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - Kobo - Amazon - Canada


Un débat sur le libre-échange et la libre concurrence. Non, ce n'est pas le sujet d'un énième point de divergence entre les candidats à l'élection présidentielle de mai, mais le thème d'une polémique qui enfle au Canada. Une mèche allumée par le directeur financier du groupe Kobo, Daniel Budlovsky.

 

Dans une interview donnée au Monteal Gazette, il a confié son point de vue sur la vente d'ebooks au pays à la feuille d'érable. En toile de fond, Amazon, mais aussi les taxes. Un constat l'amène à ce raisonnement. Les Canadiens paient 15 % de taxe sur l'achat d'un ebook Kobo, quand de l'autre côté des chutes du Niagara, les américains passant par le biais d'Amazon n'en paient aucune.

 

C'est de la concurrence déloyale pour Daniel Budlovsk qui ajoute « ces différences de taxes sont très mal perçues par le public canadien ». En outre, selon lui le marché du livre numérique reste si fluctuant qu'il s'avère très compliqué de légiférer. « Nous avons ici le sentiment que la loi doit être modifiée, mais le processus administratif est long. Nous travaillons dans une industrie très changeante où nous devons toujours avoir un coup d'avance sur la concurrence … »

 

Ca, c'est un coup d'avance !

 

Kobo annonce donc par la voie de son directeur financier qu'il souhaite un assouplissement de la réglementation en vigueur au Canada et un allégement des taxes. Mais quel modèle souhaite-t-il réellement adopter ?

 

Le modèle français, et dorénavant luxembourgeois, peut être envisagé. À savoir un alignement de la TVA du livre numérique sur celle du livre papier. En France elle est à 7 % depuis le 1er janvier pour les deux formats, même si un délai structurel exceptionnel a été accordé sur le livre imprimé jusqu'au 1er avril.

 

Deuxième solution possible, un système similaire à celui d'Amazon. Pas de taxe du tout. Mais la mise en place d'un tel modèle ne se fait pas sans heurts. L'objectif poursuivi par Amazon est d'être exempté de taxe dans chacun des états américains, mais la firme s'oppose à plusieurs résistances, d'une part celle des gouverneurs et d'autre part celle des libraires physiques.

 

C'est pourquoi Daniel Budlovsky reste prudent sur les mesures à prendre. « Le gouvernement canadien devrait examiner de près comment les entreprises implantées et payant des taxes au Canada peuvent être concurrentielles sur un marché où les différents acteurs internationaux bénéficient de conditions très inégales. »

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.