Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Analyser les comportements des lecteurs grâce aux livres numériques

Bouder Robin - 03.07.2017

Lecture numérique - Usages - livres numériques vie privée - données lecteurs livres numériques - édition data analyse


Jellybooks, petite entreprise fondée en 2012 dans le but d'aider le lecteur à découvrir de nouveaux livres par un service adapté. Elle a annoncé dans un communiqué qu'elle changeait la nature de son activité principale pour se concentrer sur son autre service : Readers Analytics. Ce dernier analyse les habitudes de lecture pour en informer les éditeurs.




 

Lancée en 2012, Jellybooks avait dans l'idée de faire découvrir à ses utilisateurs de nouveaux livres en rapport avec leurs goûts. Le lecteur pouvait alors se créer une bibliothèque numérique sur une plateforme dédiée. Ce premier service n'apportant rien de vraiment neuf et n'ayant par conséquent pas eu le succès escompté, un autre projet avait été développé par la start-up en parallèle : Readers Analytics, qui — comme son nom l'indique — analyse les habitudes de lecture de ses visiteurs. Et le fait bien.

 

Pas moyen de se cacher derrière des livres qui font bien sur un CV, si votre plaisir coupable réside en la lecture de livres SM, Jellybooks le saura. Et ce, malgré tous vos mensonges et les recommandations que vous pourriez faire à vos amis.

 

Le deal profite à tous : Jellybooks propose un ou deux livres électroniques gratuitement à des lecteurs ; en échange, ils acceptent que soit décryptée leur façon de lire grâce à un petit logiciel installé sur les ouvrages en question. Ces données sont ensuite fournies aux maisons d'édition partenaires de l'entreprise. Pratique pour jauger ce qui marche vraiment et ce qui n'attire pas, surtout avant le lancement de nouvelles publications...

 

Nombre de pages lues, chapitre passé, temps nécessaire pour lire le bouquin, influence de la couverture sur les choix de lecture... Rien n'échappe à Jellybooks et son Readers Analytics, qui rencontre un grand succès auprès des éditeurs anglophones : Penguin Random House, Simon & Schuster, Cambridge University Press ou encore MIT Press passent régulièrement commande auprès de ce service, lui assurant une certaine prospérité à l'avenir.

 

Jellybooks vient par ailleurs d'annoncer l'abandon de son service de découverte initial pour recentrer complètement son activité sur son service d'analyse, et le rendre plus performant. Dès le 31 août, il ne sera plus possible d'accéder à sa bibliothèque numérique — à l'exception des livres acquis avec Readers Analytics.

 

Livres audio, webcomics, publications web : l'EPUB 4 est en chantier

 

Quid de partenariats avec des maisons françaises ? Pour le moment, « les éditeurs français sont restés réticents », déclarait en 2016 Andrew Rhomberg, l'un des fondateurs de la plateforme, aux Échos. Mais devant l'utilité et l'efficacité indiscutables du service, peut-être devrait-on voir certaines maisons d'édition francophones sauter le pas d'ici à quelques années...