Android Market contre App Store : où est l'argent ?

Clément Solym - 30.05.2011

Lecture numérique - Acteurs numériques - google - android - market


En termes de nombre d’applications, le Google Android Market pourrait rattraper l’Apple App Store dès le mois de juillet 2011, selon une étude de Distimo parue le mois dernier (notre actualitté).

Pourtant, l’étude de ce cabinet spécialisé dans l’audience des applications pour smartphones et tablettes ne prend pas en compte tous les facteurs nécessaires, dans son analyse. C’est du moins le point de vue de Daniel Eran Dilger, qui s’est chargé de rétablir la vérité, dans un article corrosif intitulé « Distimo polit les étrons de l’Android Market ».

Selon Dilger, ce que l’étude de Distimo néglige, c’est qu’Apple débloque des millions de dollars pour ses développeurs tandis que l’ « on devient difficilement riche en travaillant sur les applications de l’Android Market ».


Distimo répond indirectement à cette attaque dans une étude parue ce vendredi, en analysant ce facteur parmi les autres et le cabinet conclut assez simplement que si les développeurs sont bien mieux rémunérés chez Apple, cela provient du fait que l’App Store propose trois fois plus d’applications payantes que l’Android Market.

De la quantité, de la gratuité, mais peu de qualité ?

D’une manière générale et quelle que soit sa progression en termes de nombre d’applications, l’Android Market n’attire pas beaucoup les foules, comparé à l’App Store. Et si Google propose un large choix d’applications gratuites, c’est aussi parce qu’il ne parvient pas à vendre efficacement ses applications payantes. Ainsi, 80% des applications payantes de l’Andoid Market ont été téléchargées moins de 100 fois par des utilisateurs ; un chiffre plutôt pathétique.

80 % des applications Android payantes sont téléchargées moins de 100 fois. © Distimo

Sur quoi Daniel Eran Dilger, explicitement partisan d’Apple, conclut que l’Android Market « peut toujours gagner en volume, il n’obtiendra jamais la qualité de l’App Store », ajoutant que Google « ne sort que des applications pourries : des sonneries, des fonds d’écrans. Il lui est facile d’être gagnant de ce point de vue. » On sent l'objectivité...  (via CNN Money)