Apple attise la colère des lecteurs

Clément Solym - 18.02.2011

Lecture numérique - Acteurs numériques - ipad - applications - lecteurs


La guerre entre Apple et les lecteurs s’intensifie. L’écrivain américain Daniel Lyon a publié une colonne dans l’hebdomadaire Newsweek, fustigeant le fabricant de produits électroniques.

« Le contenu est censé être roi. Mais dans le monde des appareils électroniques, Apple semble se couronner, croyant apparemment que son iPad et son iPhone sont plus importants pour les clients que les livres, films ou musiques qu’ils peuvent stocker dessus ».

Sur les ventes qui passent par Apple, les libraires ne se font que peu, voire pas de profit. « Nous perdrions 1,15 $ sur chaque livre ; c’est absurde », remarque Denis Morin, PDG des logiciels BeamltDown, en Californie, qui a créé sa propre application pour ebook. Apple aurait assuré à Morin qu’il serait en mesure de vendre via un navigateur, évitant ainsi les frais de 30 %.


Mais le PDG alerte : si Apple applique ces nouvelles règles, « j’aurais perdu une année de travail et 1 million de dollars à développer mon concept. Je suis tellement en colère, je peux difficilement imaginer la suite ». Morin dit avoir contacté Apple pour éclaircir les choses, mais n’a jusqu’alors pas eu de réponse précise.

Lyons, affirme que les perspectives d’Apple sont « une catastrophe pour les libraires ». Mais concède que « leurs gadgets sont tellement plus cools que tout le reste du marché qu’ils pourraient s’en tirer avec n’importe quoi ». Il y a aussi un autre acteur important du scénario dont Lyons ne parle pas : le ministère de la Justice.

En attendant, il est intéressant de noter que ce ne sont pas uniquement les livres qui peuvent disparaître de l’iPad comme le faisait remarquer Le New York Times hier, Apple a commencé à permettre à d’autres sociétés à vendre des journaux, magazines et abonnements, via sa plate-forme lancée il y a deux jours.