Apple et son service d'auto-édition : un concurrent redoutable

Clément Solym - 10.01.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - Apple - Amazon - Auto-édition


Sur quoi portera l'évènement Apple de la fin du mois ? Il concernera probablement les améliorations à venir sur le service iBooks. Le site Goodereader avançait même que la société pourrait lancer son service d'auto-édition. Quelle place pour Apple dans ce marché florissant?

  

Apple à la traîne? La firme doit faire face à des concurrents qui ont pris les devants depuis longtemps. Amazon, Kobo et Barnes & Noble ont un modèle économique efficace, des partenariats solides avec des grandes et petites maisons d'édition. Alors qu'Apple, mauvais élève, s'enlise en proposant des livres à prix élevés et beaucoup de bestsellers très souvent indisponibles pour le public international.

 

Alors que le marché du livre numérique explose, la cerise sur le gâteau est le service d'auto-édition. Plutôt bien rôdé chez Amazon, chez Apple c'est un vrai casse-tête. Car Apple possède déjà son service d'auto-édition, si l'on peut l'appeler ainsi. Mais le processus relève plus du parcours du combattant que du parcours de santé.

 

Alors qu'Amazon requiert un compte et un fichier word, Apple demande à l'auteur de tout faire de A à Z, du contrat au format du fichier (voir notre actualitté) . Peu d'auteurs s'y sont risqués.

 

 

 

Car tout l'enjeu réside dans l'accompagnement de l'auteur. Si Apple est incapable de rendre ce service clair et pratique, jamais il ne pourra décoller, comme c'est le cas pour Amazon et son Kindle Direct Publishing. Autant dire se faire battre à plate couture par Amazon. Ce flou peut expliquer que de nombreuses maisons d'édition ont choisi de mettre leurs savoirs à profit en offrant aux auteurs leurs services là où précisément Apple se révèle inefficace. Ces agrégateurs portent le nom de LibreDigital, Lulu et Smashwords. Ce dernier est leader, vous garantissant même le numéro ISBN gratuitement.

 

Pour le PDG de Smashwords, Mark Coker, Apple n'a aucun intérêt à entrer sérieusement dans la course. « Les livres qui passent par des agrégateurs peuvent être achetés à moindre coût par Apple, pas besoin de dépenser des millions de dollars pour leur propre plateforme et leur personnel ». Ces agrégateurs essaient peut-être de minimiser ce qui ressemble, si la rumeur se confirme, à un sérieux coup de frein pour leur activité. 

 

Pourquoi Apple peut-il se révéler en concurrent redoutable et porter un sérieux coup à toutes ces maisons qui gravitent autour ? La philosophie pratique d'Apple, l'intérêt croissant des auteurs pour le numérique, les ventes records de livres numériques à travers le monde sont autant d'atouts à faire valoir. Cette nouvelle plateforme sonne-t-elle pour autant le glas de ces sociétés? Pas sûr, Smashwords fait du « prêt-à-publier », sans contraintes pour l'auteur. Si Smashwords excelle dans ce domaine, pour les autres structures, plus petites cela sera certainement plus difficile.

 

Apple pourrait finalement devenir une alternative sérieuse à Amazon, Barnes et Noble, avec un bon point fort, sa plateforme iTunes.