Apple immisce ses remises dans le conflit Hachette Amazon

Nicolas Gary - 18.06.2014

Lecture numérique - Acteurs numériques - Hachette Apple - Amazon ebooks - précommandes remises


Tous les libraires profitent abondamment du conflit Hachette Book Group / Amazon : chez les uns et les autres, on revendique la présence de tous les livres de l'éditeur. Actuellement, la firme de Jeff Bezos fait pression sur le groupe, avec qui elle est en négociations commerciales, sans parvenir à trouver de terrain d'entente. Pour faire céder le groupe, Amazon a introduit des délais de livraison très longs, et empêche de précommander les ouvrages. Une manne.

 

 

 

 

Barnes & Noble, Books-A-Million, Zola Books, Walmart et d'autres se sont frotté les mains : le différend commercial leur profite, et les clients qui ne trouvent pas leur bonheur sur Amazon se reportent manifestement sur d'autres boutiques. Eh bien, voilà qu'Apple, soucieux d'apporter le meilleur service à ses clients, a choisi de pratiquer des remises fortes sur son offre numérique. 

 

On trouve au moins 26 titres du catalogue Hachette Book Group, dont The Silkworm de JK Rowling, The Burning Room de Michael Connolly ou Invisible de James Patterson, proposé en précommandes, version ebook, à 9,99 $, voire moins. Les boutons de précommandes désactivés chez Amazon ont donc activé un nouveau sens de la concurrence à Cupertino. 

 

Apple confirme d'ailleurs à Re/Code cette nouvelle politique tarifaire, sans accepter de discuter des motivations, ni même des conditions de fourniture. « Nous devons donc soit supposer que Hachette baisse le prix de gros sur ses propres titres pour aider Apple à tondre Amazon, ou Apple abaisse le prix de détail de son propre choix, et perd sa marge pour faire la nique à Amazon », conclut le site. 

 

Un point qui n'est pas vraiment sans importance : un accord entre Apple et Hachette, commercial, pour favoriser la vente des titres en précommandes pourrait avoir des conséquences - certes minimes. Ce qui importe, c'est qu'Apple avait choisi, en sortant l'iPad, de maintenir des prix de vente hauts, pour faire plaisir aux éditeurs, mais également assurer sa marge.

 

Jeff Bezos voulait des prix réduits pour ses clients, Steve Jobs voulait des prix forts : on se retrouve maintenant avec un acteur qui refuse des ventes et un autre qui pratique les tarifs réduits. Le monde ne marche pas sur la tête, mais il fait de jolies cabrioles...

 

Encourager les précommandes, sur des ebooks dont le prix est tiré vers le bas n'est qu'une technique pour rappeler à Amazon qu'il est bien sous surveillance.