Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Apple persiste avec ses cartes cadeaux pour livres numériques

Nicolas Gary - 01.08.2013

Lecture numérique - Législation - carte cadeau - livres numériques - Apple


Depuis quelques années maintenant, la France a institué une régulation sur la vente des livres numériques : le prix unique. Tout comme celle que l'on retrouve avec le papier, la législation permet à l'éditeur de fixer le prix de vente de ses ebooks, interdisant formellement toute remise opérée par un revendeur. Qu'à cela ne tienne, Apple est une société américaine, et l'on ne parle pas la langue du droit français.

 

 

 

 

Dans un email promotionnel, la firme vient d'expédier à tous ses clients un petit message plein d'amour, proposant d'investir dans un iPad, ou un iPad Mini, à l'approche de la rentrée. Le tout sur fond de réussite scolaire, bien entendu.  

L'iPad et l'iPad mini enrichissent la vie à la fac, et pas seulement à la fac. Achetez l'un ou l'autre pour vos études et, pour un (1) euro de plus, recevez une Carte Cadeau App Store d'une valeur de 40 € à dépenser en apps, musique, jeux, livres et plus. Dans les mêmes conditions, vous pouvez également recevoir une carte cadeau de 40 € si vous achetez un iPhone ou de 80 € si vous achetez un Mac.

 

Une petite note renvoie d'ailleurs aux conditions de cette offre : 

La Carte Cadeau App Store peut être utilisée sur le Mac App Store, l'iTunes Store, l'App Store et l'iBookstore.

 

Or, qui dit iBookstore, dit évidemment livres numériques. Et 40 €, et plus encore, 80 € de carte cadeau, cela rentre dans une situation qui ennuie le Syndicat national de l'édition depuis un bon moment. Qu'on se rassure toutefois, le SNE a assuré qu'il enquêtait sur l'impact de ces promotions... en août 2012. Si, si. 

 

En Allemagne, en revanche, le sujet est pris très au sérieux. L'année passée, presque jour pour jour, l'association du commerce du livre allemand tirait la sonnette d'alarme : à cette époque, Apple proposait son grand classique, des cartes cadeaux vendues 25 €, pour une valeur faciale de 50 €. En somme, un détournement de la loi sur le prix unique allemande, tout à fait évidente. 

 

L'avocat Christian Russ, expliquait que la société Apple était en relation avec la Börsenverein, pour traiter au mieux cette question. « Évidemment, il est particulièrement important de résoudre ces problèmes techniques, parce que l'on ne regarde pas à quel prix ont été achetées les cartes iTunes », souligne-t-il. Et de fait, les librairies allemandes ne pourraient évidemment pas faire face à une concurrence illégale de ce type...

 

Et plus encore, en avril 2012, Dieter Wallenfels, du Verleger-Ausschuss des Börsenvereins, association des éditeurs et libraires allemands, vaticinait déjà : « Si rien n'est fait, l'avenir sera noir pour la fixation des prix. » Et en juillet dernier, il avait réitéré ses préoccupations, faisant amende honorable, alors que « la Börsenverein et nous avions tout d'abord sous-estimé ce problème. L'ampleur du danger, selon nous, réside dans la propagation massive de ce modèle sur le marché du livre. » 

 

Eh bien, on prend les mêmes et on recommence, mais cette fois, plus question d'acheter pour moitié prix une carte cadeau, mais bien de profiter d'un bon d'achat de 40 à 80 € pour se procurer gracieusement des livres. Le tout pour 1 € investi en plus de l'achat de l'appareil Apple. 

 

Pour l'instant, l'enquête du SNE n'a manifestement pas beaucoup avancé.