Apple se défend, il fallait 'mettre un terme au monopole d'Amazon'

Clément Solym - 14.04.2012

Lecture numérique - Législation - Apple - Amazon - tablettes


La firme de Cupertino n'avait pas encore officiellement réagi aux accusations d'entente du DoJ, qui impliquent également cinq groupes d'édition, sur la fixation du prix de vente des livres numériques. Aux États-Unis, cette affaire fait couler de l'encre à foison, et différentes organisations professionnelles ont déjà contesté la plainte.

 

Mais voilà, l'agence Reuters rapporte qu'un porte-parole de la filme s'est fendu d'un petit commentaire, estimant que les accusations du DoJ sont « tout bonnement fausses ». Une audacieuse ligne de défense, il faut le reconnaître. 

 

Natalie Kerris, mandatée par Apple pour cette réaction, explique : « Le lancement de l'iBookstore, en 2010, a favorisé l'innovation et la concurrence, mettant un terme au monopole d'Amazon sur le monde de l'édition. » Voilà qui est fait, et l'on reconnaît donc que c'est bien Amazon qui est en jeu. 

 

« De même que nous avons permis aux développeurs de fixer le prix de vente de leurs applications sur l'App Store, de même, les éditeurs fixent leurs tarifs pour l'iBookstore », ajoute-t-elle. À cette nuance que les ebooks commercialisés dans la librairie d'Apple se sont retrouvés avec un tarif identique dans tous les autres ebookstores. 

 

Si cet état de fait a eu pour conséquence de donner à chacun un rôle à jouer dans l'économie du livre numérique, c'est au détriment du consommateur que cela s'est joué, estime le DoJ. Mais Apple n'en démord pas : « L'accusation de collusion lancée par le ministère de la Justice contre Apple n'est tout simplement pas vraie. »

 

 

 

Toute cette histoire n'a pas manqué d'ébranler l'économie , et en Bourse, dès l'annonce de ce dépôt de plainte, le cours des actions d'Apple, mais surtout de Barnes & Noble, accusait des baisses à différents niveaux. (voir notre actualitté) Seule Amazon s'en sortait avec une hausse de son cours, après avoir annoncé que prochainement, le prix de vente de ses livres numériques serait revu à la baisse. Une tendance qui n'aura cependant, et très clairement qu'un temps, celui nécessaire pour que la société s'assure un monopole complet - et soit alors libre d'imposer le prix de vente qu'elle désire. 

 

Or, l'incompréhension vient bien de ce qu'Amazon ait pu être impacté par l'instauration du contrat d'agence. Pour une société monopolistique qui a été contrariée dans ses projets de conquête du monde, ce sont des dizaines d'autres acteurs qui ont pu trouver leur place dans le monde du livre numérique. 

 

En outre, il faut conserver à l'esprit qu'Apple pesait 108 milliards $ l'an passé, avec la vente majoritairement des iPhone, iPad et applications possibles et imaginables. Et dans le même temps, le marché du livre numérique pesait lui 878 millions $ sur l'année 2010, selon BookStats. Or, les parts de marché d'Apple ne représentent que 10 à 15 % selon les estimations. 

 

La volonté d'Apple ne pouvait donc en aucun cas de prendre la main et de se poser en situation monopolistique à la suite d'Amazon, mais bien de faire en sorte que le marché soit ouvert à la concurrence, le plus possible. Pourtant, si de ce point de vue, l'argumentaire du DoJ ne tient pas la route, l'intérêt d'Apple résidait probablement plus dans la pérennisation des ventes de tablettes, un marché qu'Amazon convoite avidement, avec le Kindle Fire. Et pour lequel les livres numériques représentent une source de contenus importante. 

 

D'autant plus que, dernièrement, Apple a proposé une solution d'auto-édition sous la forme d'une application, iBooks Author, qui permet de créer des ebooks enrichis, et commercialisables uniquement... via l'iBookstore, et donc lisibles principalement sur l'iPad... 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.