Après le rachat par Fnac, les jours du Kindle sont comptés chez Darty

Clément Solym - 31.10.2016

Lecture numérique - Lecteur eBook - Kindle Darty Fnac - vente internet magasins - Kobo Fnac Dary


Mi-octobre, la Fnac, nouveau propriétaire de Darty, a décidé de faire une grosse place à l’offre du nouveau venu, directement sur son site. Et, sans grande surprise, un certain appareil de lecture flanqué d’un logo qui sourit a disparu de l’offre...

 

Kindle et Kobo chez Darty

Kindle et Kobo chez Darty - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Pour disposer d’une plateforme de vente en ligne plus importante, Fnac a donc choisi d’intégrer l’offre Darty au site Fnac.com Toute l’offre ? Non, quelque 1200 références actuellement proposées. Et parmi elles, le Kindle est un absent logique. 

 

C’est en 2010 que l’enseigne Darty se décide à ouvrir les portes, bien grand, du livre numérique. Un ebookstore fut mis en place avec la société Numilog à la rentrée 2010 – un site en marque blanche et pour accompagner l’offre de livres, plusieurs lecteurs comme feux les modèles de Sony, les Cybook Opus et Gen3 ainsi que l’iRiver. 

 

Deux ans plus tard, c’était le Kindle qui faisait une entrée fracassante dans les espaces de vente de Darty. Jorrit Van Der Meulen, président Kindle Europe, était tout de joie : « Grâce à ce partenariat avec l’un des plus grands distributeurs en France, les clients Darty vont avoir accès au tout nouveau Kindle, ainsi qu’à plus d’un million de livres numériques dont 70 000 titres en Français. »

 

Le Kindle chez Darty, ou l’histoire de la Belle et du clochard ? 

 

Virgin avait ouvert la voie, considérant certainement qu’à l’époque, travailler avec Amazon valait mieux – la puissance et la force de frappe de l’enseigne américaine avaient de quoi convaincre. Pourtant, à la même époque, Fnac privilégiait un accord avec Kobo, pour lancer Kobo by Fnac, qui depuis fait recette. Et de toute manière, depuis son arrivée à la tête de Fnac, Alexandre Bompard n’a jamais caché qu’Amazon était la cible première de sa stratégie : destituer le cybermarchand, peut-être pas, mais offrir une alternative franco-française, ça, oui. 

 

Avec l’offre de rachat de Darty déposée en mai dernier, Fnac montrait les crocs. « Il faut prendre en compte la pression exercée par des acteurs d’e-commerce, et notamment celle d’Amazon, le faiseur de prix dans nos activités. Au terme de l’opération, nous aurons la capacité de lutter contre Amazon, d’offrir des services nouveaux, de nous développer, mais le rapprochement avec Darty est d’abord, dans son essence, défensif », assurait Alexandre Bompard. 

 

Dans la lignée de Waterstones ?

 

Et bien entendu, la durée de vie du Kindle dans les espaces Darty n’était qu’une question de temps. Le mouvement sera certainement similaire à celui de Waterstones, le libraire britannique : après avoir coupé court à l’accord passé avec Amazon en 2015, le libraire décidait finalement de confier la commercialisation de ses ebooks à Kobo.

 

« Les ventes de Kindle continuent d’être quantité négligeable, nous supprimons donc de plus en plus les étals de Kindle de nos magasins. Cela ressemble beaucoup à la vie imprévisible de ces best-sellers : un jour les piles s’accumulent, les ventes sont impressionnantes ; et le suivant, chaque vente devient une bénédiction qui dégage les étagères, pour faire place à quelque chose de nouveau. Parfois, bien sûr, les ventes “rebondissent”, mais ce n’est pas le cas avec les Kindle », expliquait James Daunt, le grand patron de Waterstones. 

 

On n’en est pas encore là, avec Fnac et Darty, puisque l’on retrouve les liseuses Kindle dans les magasins, axu côtés de l'offre Kobo, mais également sur le site internet Darty.com. En revanche, pas question de faire figurer le Kindle chez Fnac.com : la recherche du terme ne mettra en avant que... les lecteurs ebook de Kobo by Fnac – ainsi que l’ensemble des produits dérivés, étui, chargeur, etc. 

 

Dans tous les cas, les jours du Kindle chez Darty sont certainement comptés : on comprendrait mal qu’Alexandre Bompard accepte d’enrichir le marchand américain, alors que son offre numérique est bien rodée chez Fnac... Le mouvement n’est toutefois pas généralisé à l’ensemble de l’Europe : on se souviendra que depuis novembre 2015, la chaîne de librairies italiennes Giunti Al Punto commercialise les appareils Kindle et vend également une solution d’achat d’ebooks.