Attribuer un ISBN aux ebooks ou aux formats ? Faut surveiller les ventes

Clément Solym - 11.03.2010

Lecture numérique - Acteurs numériques - attribuer - ISBN - ebook


L'ISBN. Le sacro-saint. Le Graal du référencement. L'un des éléments les plus oubliés dans le dossier livre numérique et qui pourtant est si essentiel. Enfin... Le 3 mars dernier, rapport Publishing Perspective, un groupe d'éditeurs s'est réuni pour discuter de ces questions, et surtout la plus importante : faut-il un ISBN pour chaque format d'ebook.

Pour Graham Bell, directeur de publication chez HarperCollins UK, la question est idiote : « Nous vendons un ePub à Amazon, et ils le vendent au consommateur dans une version légèrement modifiée. Parce qu'Amazon vend la version Kindle exclusivement, il n'y a pas besoin d'un ISBN différent. Nous savons qu'une vente Amazon est une vente Kindle. »

Et la réciproque serait alors vraie également pour iBooks, la librairie d'Apple. Mais si les détaillants proposent une même version ePub modifiée, ou d'autres formats, alors un ISBN propre par format serait souhaitable. Sinon, difficile d'évaluer les ventes en fonction des formats et de dégager donc une tendance.

Alors que l'ePub est devenu le format à peu près type un peu partout dans le monde, les politiques des éditeurs ne sont pas uniformisées, loin de là. Chez Random House, l'ISBN est unique pour les ebooks alors que Hachette en change selon le format du livre.

L'une des questions serait alors de savoir si les détaillants pourraient intervenir dans la création de ces ISBN : le cas d'Amazon est typique à ce titre. Puisqu'il modifie le fichier, ne génère-t-il pas un autre format - dont il est par ailleurs le seul à pouvoir se servir ? Mais justement, le modèle a été évoqué comme ne nécessitant pas de classement autre.

La seule certitude, encore une fois, est de parvenir à adopter des normes communes, et rapidement. Voilà deux ans, une étude avait été publiée, évoquant ce même sujet : « La mise en place d'un seul numéro ISBN pour toutes les versions numériques d'un même livre est fortement déconseillée », expliquait-on.

En France, lors d'une réunion entre Electre, Dilicom et le SNE, le mot d'ordre a été donné : il faut différencier l'ISBN du livre papier et en attribuer un propre à l'ebook. Nous avons demandé de plus amples renseignements à ce titre.