Au diable Kindle et autres : les téléphones sont l'avenir des ebooks

Clément Solym - 02.01.2009

Lecture numérique - Acteurs numériques - Kindle - iPhone - téléphone


Le constat a commencé voilà quelques jours, quand un éditeur du net a affirmé avoir vendu plus d'ebooks pour iPhone que pour Kindle ; une sorte de réalité nouvelle est apparue, qui ne faisait qu'abonder dans le sens de l'histoire en marche : les téléphones portables pourraient bien être les sauveurs de l'ebook...

Le portable, toujours là où on ne l'attend pas

Aux États-Unis la tendance est là, plus qu'une mode : on lit sur son mobile les livres que l'on a téléchargés plus qu'on ne se sert d'une liseuse. Et comme les smartphones, dont l'iPhone fait partie et grâce à qui s'est largement développé ce mode de lecture, disposent de plus en plus d'applications permettant de lire un livre, l'avenir des liseuses semble compromis.

Plusieurs éléments interviennent : d'abord l'aspect tarifaire. Si l'on peut lire indifféremment des contenus gratuits sur liseuse ou téléphone, le prix d'un ebook pour le Kindle décolle rapidement à plusieurs dollars, même quand Apple vend des classiques pour quelques cents. Et cela, sans prendre en compte les librairies comme Borders qui vont les proposer à des tarifs plus élevés.

Qu'importe ? Si l'on note une réelle différence entre les deux versions, pourquoi pas, mais un téléphone portable offrira toujours l'avantage de proposer de la couleur. Pour un ouvrage comme Alice au pays des merveilles, cela rend les illustrations bien plus attrayantes...  Certes les écrans sont petits, mais ils semblent plus convaincants...

Qui diffuse le moins veut diffuser le plus

Ensuite vient le problème de la diffusion des lecteurs. On parlait de 380.000 Kindle pour fin 2008, quand l'iPhone, pour ne prendre que lui en exemple est déjà arrivé à des dizaines de millions d'exemplaires... dans le monde. Et en France, comme ailleurs, la bataille entre les opérateurs pour briser les clauses d'exclusivité ne manquera pas d'augmenter encore le parc. Que dire d'ailleurs de la possibilité de lire sur la console DS de Nintendo, ou même la PSP de Sony, etc.


Ce qui implique un nouveau point : sur quel support les éditeurs vont-ils se concentrer à l'avenir ? Le marché des liseuses, qui doit peser - en comptant très large - 1 million de tablettes ou celui des téléphones portables ? Même si Orange parvient à mettre en place une offre de téléchargement d'ebooks basée sur une connexion 3G, à la manière de ce qui se passera avec l'offre Read & Go, on reste sceptique sur l'intérêt des éditeurs.

« Évidemment, nous tendrons à chercher le support permettant la plus large diffusion, nous explique un acteur impliqué dans la numérisation et l'offre d'ebooks. Personne ne se tirerait de balle dans le pied en s'enfermant sur un seul marché. » Et quand on constate la convergence technologique que représente le téléphone portable depuis quelques années, l'avenir semble bien tracé...

Les éditeurs affirment leur choix

Les récentes négociations qui ont débouché sur des accords concernant la diffusion d'ebooks sur iPhone, avec l'exemple de ScrollMotion, certes encore imparfaite, mais progressant dans le bon sens montre également l'intérêt des éditeurs américains pour ce périphérique. Random House, Pan Mcmillan, et autres se sont également penchés sur Stanza, le logiciel qui permet de lire, télécharger et acheter des livres, depuis son partenariat avec Lexycle.

Et iPhone toujours, que penser d'une solution qui permettrait, certes c'est étrange, à un auteur de "développer" son livre pour le mettre ensuite en vente sur l'Apple Store. Si Amazon propose déjà ce type de solution, elle a surtout le mérite de ne pas être obligatoirement lue sur le Kindle. L'affrontement entre les deux firmes ne date d'ailleurs pas d'hier.

L'iPhone, certes, mais aussi tous les autres

Maintenant, il suffirait de prendre en compte l'intérêt pour le Blackberry ou encore le système Android que développe Google, justement pour des téléphones portables et de se poser la question : une liseuse peut-elle rivaliser avec un engin qui certes, consommera plus d'énergie et assurer par ce biais une autonomie moindre, mais permettra de lire des BD en couleur, de télécharger directement via une plateforme conçue et dédiée (rêvons un peu de ce schéma en France), que ce soit en 3G ou en WiFi ?

La balle est dans le camp des constructeurs de liseuses. Mais le temps presse, et quand bien même le marché ne représente pour l'heure qu'une part congrue des ventes de livre, il presse bien plus qu'il n'y paraît...



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.