Au Japon, Kindle Unlimited serait victime de son propre succès

Julien Helmlinger - 06.10.2016

Lecture numérique - Acteurs numériques - Kodansha Kobunsha - Amazon souscription - Japon Kindle Unlimited


Les maisons d’édition Kodansha et Kobunsha ont toutes deux déclaré cette semaine avoir connu la même déconvenue avec la firme de Jeff Bezos. Il s’agit du retrait unilatéral de certains de leurs ebooks qui étaient auparavant compris dans l’offre de lecture numérique contre souscription Kindle Unlimited. Amazon ne livre aucun commentaire officiel, reste la rumeur.

 

 

 

Le service de lecture illimitée est lancé depuis le 3 août dans l’Archipel, avec la promesse de donner accès à 1,2 million de livres étrangers pour environ 120.000 titres japonais, avec des mangas et magazines. 

 

Selon une source anonyme, présentée par le Wall Street Journal comme étant un professionnel de l’industrie du livre locale, des mangas populaires et des recueils de photographies auraient déjà commencé à disparaître du service de lecture numérique à la mi-août.

 

Les éditeurs se seraient fait expliquer que la demande de certains titres avait largement dépassé les attentes, à en épuiser le budget.

 

Le géant américain serait victime de son propre succès. Alors qu’elle rétribue ses éditeurs partenaires sur la base du nombre de pages lues, ce qui n’est pas sans soulever des questions, Amazon avait promis une prime d’ici la fin de l’année à certains de ces éditeurs, lorsqu’un lecteur lit plus de 10 % d’un de leurs livres. L’idée étant de disposer d’un catalogue capable d’attirer un large public.

 

Abonnement, streaming : perspectives économiques du livre numérique en France 

 

Si c’est un peu moins le cas pour un roman, il doit être assez facile et courant de feuilleter un manga ou un recueil de photos, parfois sans même y prêter véritable attention. Une potentielle erreur de business plan qui aurait de quoi remettre en question les conditions de contrats entre Amazon et ses partenaires.

 

Sauf qu’il est plus simple et rapide d’agir unilatéralement, en retirant les titres trop coûteux ? Affaire à suivre. Le système de rétribution des ayants droit peine à démontrer son équilibre, qu’on l’accuse entre autres d’être le destructeur du modèle de prix unique du livre au Japon.

 

(via JapanTimesTheDigitalReader)