Au Japon, on préfère largement lire des livres en papier

Nicolas Gary - 23.04.2013

Lecture numérique - Lecteur eBook - Japon - lecteur ebook - livre numérique


La grande majorité des Japonais s'est récemment prononcée, au travers d'un sondage réalisé par Jiji Press, début mars 2013. 2000 adultes ont été sollicités, avec 1276 répondants, et seuls 6,7 % ont déclaré avoir utilisé un lecteur ebook. A contrario, ils sont 69,8 % à ne lire sur aucun appareil technologique. Le papier a encore de beaux jours devant lui. 

 

 

Electronic book.

Kindle Fire, avec livre en japonais

MIKI Yoshito, (CC BY 2.0)

 

L'enquête pointe également que 22,2 % souhaitent essayer le lecteur ebook à l'avenir, sans pour autant préciser ce que sera ce futur. Il faut mettre en regard ce chiffre avec les 3,3 % qui avaient répondu à ce même sondage en mars 2011. 

 

En fonction de l'âge, le lecteur ebook attire plus : 18,5 % des personnes de 30 ans et lisent des livres numériques, contre 11,3 % pour ceux qui ont une vingtaine d'années. Cela dit, dès lors que l'on avance en âge, les 40 ans et plus ne sont plus que 6,1 %, 41% pour les 50 ans et 1,5 % pour les 60 ans et plus.

 

Statistiques toujours, les personnes de 20 à 50 ans aimeraient bien s'intéresser à la lecture numérique : ils sont entre 25 et 30 % à vouloir lire des livres numériques, mais le taux passe à 11,9 % dès lors que les personnes ont plus de 60 ans. 

 

Reste que les hommes sont plus sensibles, à 8,1 % des hommes contre 5,4 % des femmes à lire des ouvrages au format numérique. 

 

Les avantages des livres numériques sont par ailleurs toujours les mêmes : 43,5 % apprécient les facilités de transport, 41,3 % mettent en avant le gain d'espace. Cependant, 30,4 % ne trouvent aucun intérêt ni avantage aux lecteurs ebook. 

 

Amazon, Kobo et autres smartphones

 

Maintenant, il ne faut pas oublier que les lecteurs ebook ne sont pas arrivés depuis longtemps - Kobo et Amazon sont encore loin d'un taux de pénétration comme aux États-Unis, où 25 % des Américains affirment posséder un lecteur ebook. En outre, le smartphone est un instrument bien plus privilégié au Japon.

 

Les Japonais sont en effet 35,4 %, selon un sondage remontant à février, à posséder l'un de ces appareils, contre 19,5 % l'an passé. 

 

Sur le marché japonais, Amazon s'est lancé fin octobre 2012, peu après le lancement des produits de la famille Kobo, en juillet 2012. Il faut également prendre en compte la frilosité des éditeurs japonais en matière de transition vers le numérique étant avérée, il devenait judicieux pour la boutique d'ebooks de classe mondiale de faire son entrée en lice, afin d'inciter les maisons d'édition à accélérer le processus.

 

Et justement, en mars, alors que l'étude évoquée était en cours, Apple mettait à jour son application iBooks, permettant le support des caractères japonais, un nouveau moyen de faire découvrir la lecture numérique. Cependant une étude de marché assurée par R.R. Bowker évalue même à 72 % la part de Japonais réticents ou en tout cas dépourvus de tout intérêt pour l'ebook.