Audiolivre : l'outil de sous-titres d'Audible limité aux livres du domaine public

Victor De Sepausy - 12.09.2019

Lecture numérique - Législation - audiolivre justice - Audible justice - éditeurs copyright


L’édition manifestait une voix unie contre Amazon et son dernier projet de sous-titrer les livres audio à travers une intelligence artificielle. Mieux : les éditeurs américains, soutenus par l’organisation des auteurs, décidaient d’attaquer en justice, faisant temporairement reculer le géant de Seattle. Qui ronge son frein, tapi dans l’ombre…


 

Angela Bole, directrice de l’Independent Book Publishers Association, IBPA, a reçu comme tant d’autres le fameux courriel d’Amazon. Le projet Audible Captions, de sous-titrage des audiolivres, sera limité aux œuvres du domaine public. Et il semblerait même qu’on le conscrive à de petits groupes d’étudiants expérimentateurs. 

C’est que sept groupes éditoriaux ont lancé leurs armées d’avocats, avec le soutien de l’Association of American Publishers. En attendant que la plainte soit entendue et le différend juridique résolu, Amazon préfère limiter les vagues.

L’IBPA avait également demandé à Amazon de retirer 27 éditeurs membres d’Audible Captions — à qui l’on n’avait rien demandé, et qui figuraient dans le catalogue des partenaires.

Dans son courrier de réponse, Audible, la filiale audiolivre d’Amazon, ne répond pas vraiment, mais précise un point : la diffusion de sous-titres dans les audiolivres sera testée sur 150.000 étudiants, à travers des ouvrages du domaine public. « Nous attendons avec impatience le déploiement complet de Captions une fois le volet juridique clos. »
 
De fait, les 27 membres de l’IBPA ne sont pas exclus du programme : la firme les garde bien au chaud, et le déploiement de Captions se borne donc aux ouvrages sur lesquels les éditeurs ne peuvent pas exercer de pressions. 

Pour la présidente de l’association, Audible Captions a de bons côtés, « mais pas sans la permission des détenteurs de droits et une compensation adéquate pour les créateurs ». Amazon avait à ce titre nié que son service soit une spoliation du droit d’auteur : produit par une IA, les sous-titres ne peuvent pas violer le copyright. 

Et à cette heure, si les audiolivres des éditeurs ont été exclus du périmètre Audible, il ne s’agit que des titres des plaignants. 

Évidemment.

via Publishers Weekly


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.