Authors United regrette le 'dénigrement des auteurs' par Amazon

Julien Helmlinger - 29.09.2014

Lecture numérique - Acteurs numériques - Amazon - Authors United - Hachette Book Group


Le fondateur du groupe Authors United, Douglas Preston, estime que son organe militant se voit opposer le dénigrement ainsi qu'une « escalade des sanctions » de la part d'Amazon. Comprenant des auteurs tels Donna Tartt, Lee Child et Philip Pullman, ils sont mobilisés dans le but de faire plier Jeff Bezos dans le cadre du différend avec Hachette Book Group aux USA. Les deux entreprises étant toujours en négociations à propos du prix des ebooks et autres marges accordées au revendeur, ils demandent à ce que les auteurs ne soient plus entre le marteau et l'enclume.

 

 

 

 

Dans sa seconde lettre ouverte, Authors United avait soutenu à l'encontre du conseil d'administration d'Amazon que la firme risquait de gagner une mauvaise réputation en supprimant l'accès aux précommandes de certains titres et en retardant expédition d'autres. Le prochain courrier annoncé s'adressera à la division antitrust du Department of Justice, pour réclamer une enquête sur les pratiques commerciales du géant. Elle sera rédigée par Barry Lynn, un spécialiste en la matière, avec des avocats.

 

À l'attention de ses signataires, via un courriel, Preston déclare : « Je suis vraiment désolé que cette étape soit nécessaire. J'avais espéré que nos efforts auraient abouti à un geste d'Amazon, qui est bien au courant des dommages qu'il cause à la carrière de plusieurs milliers d'auteurs. Au lieu de cela, nous avons rencontré ce qui ressemble à du dénigrement et une escalade des sanctions, au moins en termes de nombre de livres qui sont affectés. »

 

Tandis que la dernière lettre ouverte était publiée il y a une dizaine de jours, aucun membre du conseil d'administration d'Amazon ne lui aurait à ce jour répondu. Lee Child, membre du groupe qui affirme avoir apporté sa signature à Authors United pour éviter qu'Amazon ne devienne l'unique marchand de livres, estime que le conflit est « semi-rationnel », mais aussi « semi-émotionnel ». 

 

Et si les militants ont généré une vision tranchée des choses, le manichéisme semble s'effriter. Finalement, seuls les écrivains à succès, et donc, bien lotis sur le plan des droits d'auteur, s'inquiéteraient de voir leur éditeur perdre du terrain dans les négociations avec Amazon. Ce qui se résumerait par : les gros vendeurs soutiennent leur éditeur, les petits auteurs n'ont plus qu'Amazon pour leur venir en aide.

 

Pour l'heure, Amazon n'a pas encore commenté cette prochaine action d'Authors United.

 

(via The Bookseller)