Autopublication : “une industrie énorme, dans l'ombre“ des éditeurs historiques

Clément Solym - 10.12.2015

Lecture numérique - Usages - ebooks autopublication - stratégie tarifaire - éditeurs historiques


Dans l’ombre de résultats qui déclinent, se tapit une industrie totalement ignorée des cabinets et autres instituts d’analyse. Mais en marge de ce que l’édition traditionnelle peut vendre de livres numériques, l’autopublication existe. Et pas qu’un peu. À force de le répéter, de le supputer, certains se sont penchés sérieusement sur la question. Le résultat est sans appel : l'ebook est loin de reculer.

 

London Cyclist on the Kindle

Andreas Kambanis, CC BY 2.0

 

 

Pour 2015, les ventes d’ebooks étaient en recul, évident, manifeste, implacable. Une baisse estimée à 10,2 %, assurait l’association des éditeurs américains. Et tout le monde concluait joyeusement à la fin de la croissance du livre numérique. En 2011, 2012 ou 2013, on enregistrait des résultats à deux chiffres, mais voilà : 2014 puis 2015 confirmaient la tendance, l’ebook n’était plus l’égérie des foules.

 

Selon les données communiquées par Nielsen, 29 % des livres achetés en 2015 par les consommateurs étaient de ebooks, contre 31 % en 2014. Jo Henry, qui travaille pour Nielsen, célèbre pour ses études diverses et variées, souligne que les ventes ont diminué dans la plupart des catégories, et plus spécifiquement dans le domaine young adult. Tout ce qui a trait au polar reste stable tandis que l’alimentation et la santé sont en croissance. Certes.

 

Ce que l'on ne mesure pas existe tout de même

 

Mais pour Gareth Cuddy, fondateur de la société Vearsa, les ventes d’ebooks des maisons traditionnelles, prises en compte dans les panels, donnent cette illusion. Selon lui, le recul n’est qu’apparent : il existe « une industrie énorme, incalculable, dans l’ombre », regroupant l’offre de livres numériques d’auteurs indépendants.

 

Et par-dessus tout, cette offre se développent « plus rapidement que le contenu grand public ». Comprendre : l’offre numérique des éditeurs historiques. 

 

Cet effet de stagnation, et de recul, n’affecteraient alors pas les autres marchés de vente au détail, qui connaissent une forte croissance, selon lui, et même beaucoup plus forte. 

 

Cuddy note que l’analyse des 10.000 premiers titres vendus en mai 2015 font ressortir que 27 % ont été publiés par les cinq grands groupes américains. Le tout à un prix moyen de 8,22 $. En revanche, 73 % des autres livres sont proposés pour un coût moyen de 4,58 $. 

 

En comparaison, les ventes de novembre, toujours sur la même base, donnent des indicateurs très nets : 18 % des meilleures ventes appartiennent aux Big Five, pour un tarif moyen de 9,47 $, et le reste des 10.000 best-sellers, soit 82 % des ouvrages, est vendu à 4,57 $ en moyenne.

 

Qu’en conclure ? Que la vente d’ebooks connaît une évidente croissance sur les plateformes et que l’autopublication a plus que son mot à dire dans l’économie américaine du livre. « La demande en ebook persiste, mais le terrain de jeu a changé. La croissance est possible [pour les Big Five, NdR], mais nécessite une bonne stratégie. »

 

Kobo, représenté par Dave Anderson, a convenu que les titres autopubliés étaient un moteur économique, représentant 10 à 15 % des ventes unitaires de la librairie Kobo. (via The Bookseller)

 

On hésitera à se poser des questions, désormais ?