Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

AutoRip : tout album acheté sur Amazon, offert en version MP3

Clément Solym - 10.01.2013

Lecture numérique - Usages - AutoRip - Amazon - album physique


Le dernier service d'Amazon va mettre en ébullition le milieu de l'industrie musicale. Et chose intéressante : l'industrie du livre devrait s'y pencher avec un certain intérêt, pour ne pas voir le principe lui tomber sur le coin de la figure. Pour rester poli. Avec AutoRip, Amazon fait très simple : offrir une version MP3 de tout album physique acheté dans ses colonnes.

 

 


 

 

Alors, faisons les choses dans l'ordre : tout CD acheté sur Amazon depuis son ouverture en 1998, peut être remplacés par une version numérique grâce à cette offre. Gratuitement. TechCrunch en fait d'ailleurs un test ce jour même dans ses colonnes. Et manifestement, le service fonction plutôt très bien. 

 

Pour le moment, seuls 50.000 albums sont concernés, en vertu des accords passés avec les maisons de disque. Et le principe est simple : une version numérique du CD sera stockée dans leur espace Cloud Reader, dès lors qu'ils ont acheté l'un des albums compris dans cette offre. 

 

La machinerie Amazon fait d'ailleurs tout toute seule : elle inventorie les achats de CD réalisés, même ceux que l'on a faits pour un ami, et immédiatement après sa connexion avec les identifiants, elle propose dans le Cloud l'ensemble des titres en MP3. 

 

Ce qui est amusant, c'est que dans le principe, on pourrait presque parler de réalisation d'une copie privée, pour usage personnel. Et qu'il n'en a pas fallu plus pour que le Digital Reader (hello Mike) se projette un tout petit peu plus loin dans le futur. Et envisage le même service pour les livres.

 

Hop : pour tout ouvrage acheté depuis la création d'Amazon, une version numérique, en fichier AZW est stockée dans le Cloud et voici qu'une grande bibliothèque numérique est ainsi façonnée. 

 

En France, la législation impose que celui qui numérise soit celui qui possède l'objet : à ce titre, il est interdit de payer pour faire en sorte que son ouvrage papier soit numérisé, et que l'on puisse profiter de son livre en version ebook. C'est d'ailleurs dans ce contexte, et sous couvert de cette seule autorisation accordée par la loi qu'a pu être organisée une Copy Party, séance de numérisation massive, dans une bibliothèque, en toute légalité. 

 

Mais dans l'idée... qui ne signerait pas ? 

 

L'offre couplée d'éditeurs comme Publie.net qui offre le numérique pour l'achat du papier, ne serait-ce pas le moyen d'éviter alors d'être contraint, à un moment ou un autre, d'accepter ce type d'accords ?