Avec l'ebook, l'édition a-t-elle rencontré son Napster ?

Clément Solym - 25.05.2011

Lecture numérique - Acteurs numériques - internet - napster - ebook


Personne n'a oublié cette question d'addiction aux chiffres, qu'Isabelle Sorente avait évoquée dans l'ouvrage Addiction générale. Combien, c'est la question obsédante, lancinante, implacable. Combien, c'est tout l'enjeu...

Et justement, sur la question du piratage, le livre, publié aux éditions JC Lattès, proposait une intéressante réflexion. « Pour le hacker, pour le prestataire de service comme pour le législateur, ce sont les données qu’il s’agit de détourner ou de transférer à bon port. Le centre du débat s’est imperceptiblement déplacé. Il est vrai que l’on protège aussi l’individu en veillant sur ses codes d’accès, mais il passe pour ainsi dire au second plan. » (notre actualitté)

Parlons donc de pirates...

Une récente étude vient d'être dévoilée, dans le cadre d'une question assez simple, mettant en relation le livre numérique et le logiciel Napster, qui en son temps avait fait des miracles dans le partage de fichiers.

Ce qui n'était tout d'abord pas apparu dans le fil de cette étude, c'est qu'en fait, la consommation a brusquement pris une tournure insolite. « Une personne sur trois qui télécharge des livres numériques sur son lecteur ebook le fait illégalement » pointe le cabinet britannique, qui pour arriver à cette conclusion, a interrogé 1959 personnes.


Ce qui est amusant, c'est que l'on constate manifestement que producteurs de musique de l'époque et éditeurs aujourd'hui sont absolument dans le même tunnel, sans vraiment savoir comment s'en sortir...

Et dans l'étude, on découvre aussi que 25 % des personnes qui téléchargent des ebooks continueront joyeusement de le faire, sans se poser plus de questions.

Maintenant, une personne sur trois, cela veut dire beaucoup et en même temps, pas grand-chose. Puisque dans tous les cas, on ignore combien de personnes téléchargent des ebooks dans le pays. Et la grande différence avec Napster, c'est que pour l'heure, aucun éditeur n'a intenté de procès contre un pirate. Sans trop douter que ce genre de chose ne tardera pas à arriver...

Une autre étude avait découvert, toujours dans le même sujet, que les femmes étaient de grandes et dangereuses pirates, menaçant toute l'industrie du livre. C'est qu'en Angleterre, le profil type du pirate dévoilait celui d'une femme, âgée de 35 ans. (notre actualitté)