BD numérique : Amazon coupe les vivres d'Apple et Google sur ComiXology

Nicolas Gary - 27.04.2014

Lecture numérique - Applications - Amazon - Apple - Google


Il n'a pas fallu attendre bien longtemps, pour que les premières incursions d'Amazon dans la commercialisation de BD numériques par comiXology, se manifestent. Le 11 avril dernier, la firme de Seattle rachetait, pour un montant non dévoilé, le vendeur de comics, et par la même occasion, les applications iOS et Android permettant de se procurer les titres du catalogue. Sauf qu'au passage, Apple et Google prenaient une petite commission, au travers d'une ponction baptisée In-App Purchase...

 

 

 

ComiXology est donc bien devenu ce pion dans la bataille des contenus numériques, alors qu'Amazon a lancé une mise à jour des deux applications iOS et Android. Désormais, impossible d'acheter les produits directement dans les app', et ce, pour éviter de verser le petit écot aux concurrents. De même que l'application Kindle pour iOS ou Android, l'app comiXology renverra sur le site comixology.com pour faire ses emplettes. Lesquelles seront par la suite synchronisées avec l'application. 

 

5 $ de bon d'achat pour faire passer la pilule

 

Les utilisateurs devront créer leur compte sur le site, et depuis l'application, un onglet In Cloud permettra de récupérer les titres numériques achetés. Ceux qui avaient été achetés via l'application n'auront cependant pas à être téléchargés de nouveau. « Dernier point, et non des moindres, pour remercier nos clients fidèles, et faciliter cette transition, nous offrons une carte-cadeau créditée de 5 $ à tous ceux qui ont acheté au travers de la plateforme comiXology par le passé », assure le Tumblr de la société.

 

Autrement dit, Amazon débourse 5 $ pour convaincre de ses bonnes intentions, tout en montrant que la recherche de meilleures marges est à l'oeuvre. Le manque de rentabilité de la firme a plusieurs fois été pointé, et les inquiétudes sur le sujet reviennent avec la décision de couper l'In-App Purchase. Même si les ventes augmentent, la recherche de meilleures marges est  ici évidente. 

 

Dans le même temps, comiXology a tout prévu : une version ergonomique mobile du site est disponible, et via iOS, il est possible de l'ajouter en raccourci, pour faire ses achats plus efficacement. Via iOS uniquement, cela dit. De quoi opérer la transition tout en douceur ? En tout cas, de moins brusquer les clients, pour qui l'idée d'acheter sur le site internet est moins pratique. 

 

Bien entendu, la mise à jour concerne également la version française de l'application. Avec la réaction rapide des utlisateurs : 

Bon, voilà une nouvelle version de l'app précédente... en moins bien. On ne peut plus acheter directement les comics dans l'app (tout ça pour ne plus donner de sous à Apple). Ceci explique cela, soit. Mais pour moi, je trouve ça nettement moins pratique, d'autant que parcourir la boutique en ligne semble nettement moins rapide et convivial. Moi, je privilégie la simplicité pour acheter ; cela Apple me l'avait proposé avec son système d'achat in app. Cela m'encouragera sans doute à moins acheter. Merci Comixology de m'aider à faire des économies!

Une histoire de petite commission 

 

L'In-App Purchase est un système qu'Apple, puis dans la foulée, Google, avait mis en place, pour s'assurer que les applications iOS opérant des ventes soient rentabilisées... pour la firme. Apparue en février 2011, cette nouvelle condition d'utilisation de la plateforme iOS avait fait une victime, très rapidement, à savoir Sony. Les règles du jeu étaient modifiées, et l'application du Japonais était refusée, parce qu'elle ne versait pas les 30 % exigés alors par Apple, pour permettre la commercialisation de livres numériques. 

 

La mise en conformité des applications devait alors être opérée dans les meilleurs délais, mais Amazon avait joué avec les nerfs d'Apple durant un long moment avant de céder malgré tout. Pas question de verser quoi que ce soit à Apple, pour l'application Kindle for iPad, iPhone, etc. 

 

Ce dont il faut également se souvenir, c'est qu'Apple a été condamné en juillet 2013, pour entente avec les éditeurs américains. Le ministère de la Justice, à l'origine de la plainte, avait dénoncé l'augmentation artificielle du prix de vente des livres numériques, d'une part, et d'autre part, l'impossibilité d'effectuer des remises tarifaires pour les cybermarchands.   

 

Mais dans le viseur, se retrouvait également la question des 30 % ponctionnés pour tout achat dans les applications. Si cette pratique fait particulièrement mal aux marges dans le monde des livres et BD numériques, elle est en vigueur pour tout type d'achat effectué dans une application. 

 

Ainsi, le DoJ a contraint Apple à embaucher un auditeur externe, à ses frais, pour s'assurer que les revendeurs pourraient bien introduire des liens de vente dans leurs applications, et renvoyer à leurs propres sites de vente. Et ce, sans que ne s'exercent la taxation des 30 % ni les contraintes techniques d'un recours au système d'achat dans l'application proposé par Apple, le In-App Purchase. 

 

Appel a fait appel de cette décision, et pour l'heure, l'In-App est donc suspendu à la condamnation définitive...