Beigbeder et François Bon : obstination et mutation

Clément Solym - 16.11.2011

Lecture numérique - Usages - Frédéric Beigbeder - François Bon - livre numérique


« Je dis ça parce que j'adore aller en librairie. » Ah, la défense et illustration de la librairie française par Frédéric Beigbeder. Devant l'aristocratie germanopratine se trouvait François Bon. Mais que répondre à un homme qui affirme « adorer sniffer les livres » ?


Dans un entretien vidéo retransmis par l'Express, les deux hommes discutent, non pas littérature, mais diffusion d'idées.

 

« Le grand danger, c'est de croire que le livre numérique qui a abîmé la librairie. La librairie, elle a été abîmée par la grande distribution, elle est abîmée par le consensus de dépendre de 500 références pour 66 % de son chiffre d'affaires. C'était pas le cas, il y a 15 ans. »

 

Et Beigbeder de vouloir se battre pour retarder la fin du livre-objet... Et pourquoi entretenir l'idée d'une apocalypse ?  « On veut défendre la même chose », finit par conclure Beigbeder...

 

Vraiment pas certain...

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.