Bibliothèque numérique : numériser ses propres livres en quelques minutes

Clément Solym - 30.12.2019

Lecture numérique - Acteurs numériques - scanner livre comics - financement participatif scanner - numériser livre


Ne pas faire d’un succès une généralité, certes, mais le projet de CZUR pousse à la réflexion. Originaire de Hong Kong, cette entreprise proposait en financement participatif un scanner de livres, dont le succès laisse pantois : 89.358 % du financement atteint, soit près de 7,98 millions € collectés pour l’objet.


 

Il reste encore 12 jours de campagne, et le résultat est sidérant : à croire que les passionnés de la numérisation de livres sont légion. Le scanner est actuellement disponible pour quelque 100 €, et propose une solution permettant de numériser un ouvrage de 300 pages en une dizaine de minutes. 

Il dispose d’une capacité de 13 Megapixels, à 340 DPI, d’une petite pédale au pied pour garder les mains libres quand ont procède à la transformation de son ouvrage. Bien entendu, les pages ainsi passées sous l’appareil photo sont ensuite éditables avec un système d’OCR qui supporte 180 langues. 

Le tout repose sur un pied de 11,6x15,7 cm avec un potence d’une hauteur ajustable entre 33,4 com et 40,9 cm. Les images sortent avec une résolution de 4169x3120 et les vidéos, par défaut, de 1600x1200 px que l’on peut monter en 16:9 à 1920x1080. Il est compatible sur Windows et Mac OS et se branche tout simplement en USB. 



En somme, le Shine Ultra semble avoir bien des qualités, tant technologiques qu’en termes de mobilité. 

On trouvera plus d’informations à cette adresse.

Rappelons qu’en France, la numérisation de livres empruntés à la bibliothèque est absolument légale, dans la perspective de se constituer un catalogue d’ebook personnel. Évidemment, interdiction  totale de diffuser à des tiers ou sur des réseaux une pareille numérisation. En revanche, il faut pour ce faire être possesseur de l’appareil qui sert à cette transformation numérique : ce peut être un smartphone, tout bêtement, ou ce scanner… À moins que l'on ne se fasse prêter un scanner, sous certaines conditions...
 



Commentaires
Bonjour,



Quelle confiance peut-on accorder à Indiegogo ?

Quelles garanties en cas de non réalisation du projet ou de non reéception du produit à la fin prévue de la campagne ?
En l'occurrence, le projet est surfinancé, donc la question de la confiance est peut-être superflue.

Plus généralement, le principe est bien celui du financement participatif : on accepte ou non les conditions de ces sociétés qui prennent une commission (même quand le projet ne se réalise pas au demeurant), mais tout repose sur la confiance accordée.
Les délais ne sont pas toujours respectés et il faut attendre longtemps la livraison. De plus, manufacturés en Asie, toute fabrication est bloquée durant un mois en fin d'hiver (vacances). Premiers servis les USA. Donc il faut être très patient ! C'est du moins mon expérience avec le modèle précédent !!!
Bonjour,

êts-vous satisfait de votre modèle ?

Ce scanner m'interesserait dans le but d'OCRiser des livres pour les republier en ebook. Avez-vous utilisé cette fonction ? y-a-t'il un logiciel d'OCR fourni ? peut-on connaitre la liste des langues gérées ?

Merci de vos réponses
Ce n'est pas la première version de ce scanner. Il y a déjà eu une version en 2018 sur la même plateforme qui a rencontré un grand succès.



Notons que le scanner possède une fonction d'ajustement des pages à la "Office lens" automatique, les pages sont donc recalibrées en rectangle même si elle proviennent d'un livre épais que l'on ne peut pas ouvrir à plat, ce que ne permet justement pas un scanner à plat ou un appareil photo monté sur trépied.



Ce n'est pas nécessaire aux OCR, et donc l'intérêt premier du scanner n'est pas dans tant dans l'OCRisation que dans la conservation de documents illustrés sous format électronique.



Son coût très modique le rend accessible aux bibliothèques à faible budget (il existe déja des scanners ou des robots offrant le même service mais à des prix bien supérieurs) ce qui devrait permettre de conserver des ouvrages pour une consultation locale même lorsque l'exemplaire papier est imprêtable par son état ou qu'une décision de non conservation de l'exemplaire physique a été prise.



Notons que contrairement à ce que dit l'article, la copie privée suppose que l'original ait été "acquis de façon licite" et que l'emprunt en bibliothèque ne constitute pas un "acquis" (mais précisément un emprunt) et que donc copier un livre emprunté à une bibliothèque n'est pas, il me semble, un acte légal en soi.



En particulier venir dans une bibliothèque avec son scanner personnel pour scanner des livres de la bibliothèque ne vas certainement pas aider les auteurs, je pense en particulier aux auteurs de livres illustrés, à mettre du beurre dans les épinards, voire mettre des épinards à l'eau dans l'assiette, voir simplement avoir seulement un endroit pour poser une table et une assiette.



Un jour ou l'autre, il va falloir choisir entre défendre les auteurs et défendre les scannerphiles.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.