Bilan de l'#EpubSummit : “L'EPUB au-delà du monde du livre”

Antoine Oury - 11.04.2016

Lecture numérique - Acteurs numériques - EpubSummit Bordeaux - EPUB livre numérique - EDRLab EPUB Summit


Le premier EPUB Summit, consacré, comme son nom l'indique, au format open source et standard du livre numérique, s'est déroulé en fin de semaine passée à Bordeaux. Un rendez-vous qui rassemblait les têtes pensantes de l'EPUB, celles du web, ainsi que des acteurs de la chaîne du livre de France et de l'international.

 

Ivan Herman (W3C), Bill McCoy (IDPF) - EPUB Summit

Ivan Herman (W3C) et Bill McCoy (IDPF) à l'EPUB Summit (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

L'événement aura finalement rassemblé 120 personnes, 130 si l'on compte les intervenants, pour deux jours de débats et d'ateliers autour du format EPUB, de sa nécessité et de son potentiel. « C'est la première fois que nous avions dans la même salle les créateurs des standards, les créateurs des logiciels qui utilisent ces standards, les membres des différentes professions de la chaîne du livre numérique ainsi que ceux des associations qui représentent les print disabled, les personnes empêchées de lire », se réjouit Laurent Le Meur, directeur technique de l'EDRLab, qui organisait cet EPUB Summit.

 

Même si une partie des intervenants se connaissaient, le plus souvent de manière dématérialisée, les rencontres de Bordeaux ont permis de renforcer un réseau essentiellement basé sur l'action de bénévoles, et donc assez informel.

 

La présence du W3C, le World Wide Web Consortium, chargé de standardiser les technologies du web pour que celui-ci reste ouvert et libre, a été très remarquée, même si W3C et IDPF restent assez proches. « Cette fois, le W3C était présent au sens propre du terme, et cela a conduit à des partages d'expérience, comme la collaboration qui s'annonce entre Samuel Petit [Actialuna, Sequencity, partenaire d'ActuaLitté] et Ivan Herman [W3C] ou le développeur Daniel Glazman [Disruptive Innovations, W3C] », constate Laurent Le Meur.

 

La collaboration et les échanges entre W3C et IDPF devraient d'ailleurs s'intensifier, signale Laurent Le Meur : « Le principal intérêt du W3C pour l'EPUB résidait dans la possibilité de réaliser des Portable Web Publications, autrement dit des exports hors ligne de pages web, mais il s'intéresse désormais à la mise en page et aux expériences du monde du livre. »

 

Le Summit fut également l'occasion d'évoquer les sujets chauds et polémiques de l'EPUB, comme l'accessibilité des livres numériques ou le développement de la DRM “light” LCP.

 

Si la communauté de l'EPUB a été au rendez-vous, le succès s'est limité aux personnes présentes : la diffusion en streaming de l'événement n'a pas rencontré son public. Cela dit, les captations seront prochainement disponibles en accès libre sur le site de l'EDRLab.

 

Librairie Mollat Bordeaux

La librairie Mollat, où se déroulait l'EPUB Summit (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Difficile, donc, d'intéresser et de sensibiliser au format EPUB et à ses qualités en dehors du cercle des initiés : « On atteindra vraiment le grand public quand on verra plus souvent sur les sites d'achats de livres numériques les mentions “EPUB2” ou “EPUB3” avec un descriptif des avantages du format » nous explique Laurent Le Meur. « Ce sont aux distributeurs et aux libraires de faire ce travail. »

 

Après ce premier rendez-vous réussi, l'avenir de l'EPUB Summit n'est pas encore tracé : certains évoquaient l'Asie ou les États-Unis comme prochaine destination, le directeur technique de l'EDRLab s'avance moins, et rien n'est fixé. « C'est sûr que nous avons envie de recommencer, mais l'organiser de nouveau en France, par l'EDRLab, pourrait être redondant. En Europe, c'est plus intéressant, dans des pays où nous avons des membres EDRLab. Partir sur une base annuelle semble approprié, étant donnée la rapidité des développements. »