Bitcoin, liée au blanchiment d'argent ou au financement du terrorisme

Clément Solym - 12.02.2014

Lecture numérique - Usages - cybermarchand - monnaie virtuelle - Bitcoin


Ulmart est le premier vendeur en ligne de Russie, avec 1,2 milliard $ de chiffre d'affaires réalisé en 2013, vient de se faire interdire l'utilisation de la monnaie Bitcoin, comme mode de paiement. Alors que la société s'apprêtait à envahir l'Europe, les dirigeants se retrouvent quelque peu embarrassés. En effet, l'ajout de Bitcoin, la monnaie virtuelle, dans les solutions de règlements, devait être un outil majeur pour les projets européens. 

 

 

 

 

C'est de la Banque de Russie que vient la décision, en réalité. Cette dernière a en effet averti charitablement que tout vendeur qui accepterait la monnaie Bitcoin, serait soupçonné d'implications dans des activités criminelles. Rien que ça. Et d'évoquer les questions liées au blanchiment d'argent ou le financement du terrorisme. 

 

La société, contrainte de respecter cet avertissement, retarde donc son arrivée sur le territoire européen, et souhaite travailler de concert avec la Banque de Russie pour parvenir à une solution probante pour tous. La prise de position officielle de l'établissement bancaire permet toutefois à Ulmart de mieux appréhender l'avenir.

 

La firme russe propose de nombreux ouvrages dans son catalogue, mais également des appareils de lecture numérique, à base d'encre électronique.