Book Weather, prendre la température des livres pour les découvrir

Antoine Oury - 23.03.2015

Lecture numérique - Applications - Book Weather application - température découverte - livres lecteurs


En matière de découverte de livres, le numérique doit encore faire ses preuves : si la diffusion des ouvrages et des critiques de lecteurs sont facilitées, le Web favorise aussi leur descente dans les limbes. L'application Book Weather entend changer la donne, avec des algorithmes à la pointe et une ergonomie pensée pour le grand public comme pour les professionnels.

 

 

François Rochet et Hubert Bannel (Book Weather) - Slon du Livre de Paris 2015

François Rochet et Hubert Bannel, de l'équipe Book Weather, au Salon du Livre de Paris 2015

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Book Weather est arrivé pour la première fois sur l'AppStore en 2013, pour un lancement destiné à confronter le concept au public. Après 10.000 téléchargements, la version 2 a pointé le bout de son nez mardi dernier, et la société s'est offert un stand au Salon du Livre de Paris. La version 3, prévue pour la fin d'année, sera multiplateforme.

 

L'application se présente comme un « guide littéraire communautaire sur mobile », mais il faut tester BW pour en saisir l'audace. L'utilisateur se crée un profil, dans l'appli ou à l'aide de son compte Facebook (Twitter bientôt disponible), et ajoute des ouvrages dans sa bibliothèque, en scannant le code-barre ou en effectuant une recherche dans la base de données de Book Weather (26.000 références), qui utilise l'API de Google en la corrigeant au besoin. Tous les supports livresques sont pris en compte.

 

La fiche du livre ainsi enregistrée contient un indicateur de « température », en degré celsius. « Nous n'avons pas voulu du système de notation traditionnel », explique François Rochet, « qui a l'inconvénient de ne pas être représentatif des tendances : si vous mettez "une étoile" à un livre qui a 6000 "5 étoiles", ça ne changera rien. »

 

Au contraire, l'algorithme de Book Weather, plus poussé que celui des plateformes de vente, rendra compte des fluctuations d'intérêt autour d'un titre : un ajout dans une liste de lecture, une mention « Je suis en train de lire » ou un « J'aime » apporteront ainsi une pondération positive, quand un « Je n'aime pas » apportera une pondération négative. Toutes ces « notations » sont très rapides, à l'aide d'un système de logos plutôt réussi : on s'éloigne de Babelio, plus éditorialisé.

 

 

{CARROUSEL}

 

 

L'aspect communautaire apparaît dès l'ouverture de l'appli, avec des recommandations de lecture issues de sa communauté personnelle, et d'autres, plus larges, des utilisateurs de l'appli. Concrètement, « nous avons remarqué que les conseils de lecture viennent souvent d'un ami, d'un collègue, une personne avec laquelle nous avons des affinités particulières », explique François Rochet.

 

La partie « Inspirations » permettra ainsi de faire des découvertes, « au-delà des classements de ventes ». Y compris pour des ouvrages spécialisés ou confidentiels : « Par exemple, un designer découvrira assez rapidement un ouvrage sur le design thinking, parce que ses amis ou ses collègues, qui ont des centres d'intérêt assez proches du sien, l'auront lu ou aimé, ou placé dans leur liste de lecture », explique François Rochet.

 

Pour aller plus loin que le cercle privé, l'application propose également une « compatibilité littéraire » avec d'autres utilisateurs de l'appli. Une fonctionnalité de chat sera prochainement mise en place, afin d'améliorer les relations entre les uns et les autres.

 

Fort intérêt de la chaîne du livre

 

L'application est reliée à deux magasins de vente de livres, Priceminister et la Fnac. La plateforme lalibrairie.com s'ajoutera bientôt à la liste, puisque « les libraires sont des partenaires que nous voulons mettre en avant », souligne François Rochet. Book Weather fonctionnait auparavant avec Amazon, retiré depuis, car peu en accord avec « l'esprit général de la société ». L'outil Amazon Killer sera d'ailleurs ajouté prochainement à Book Weather.

 

L'application est également destinée à être prise en main, directement, par les vendeurs de livres. Le partenariat avec la Fnac devrait se prolonger avec l'apparition des libraires dans l'application, afin qu'ils puissent recommander des ouvrages directement aux utilisateurs, et affirmer ainsi leur rôle de prescripteurs. Des auteurs ont également manifesté leur intérêt : « Il peut être utile pour eux de voir ce que leurs lecteurs lisent, et idem pour les lecteurs, il est toujours intéressant de connaître les ouvrages lus par son auteur favori. »

 

Les professeurs et les bibliothécaires font également partie des professionnels susceptibles de profiter de l'application et de ses fonctionnalités. Les éditeurs ne sont pas les derniers à manifester leur intérêt, comme Hachette, qui fournit ses données, et pourrait profiter en retour des données d'usage des lecteurs. L'application est destinée au marché mondial, avec une version anglaise, et prochainement une adaptation espagnole.