Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Bookchoice : le modèle du club de livres appliqué aux livres audio et numériques

Antoine Oury - 04.04.2017

Lecture numérique - Acteurs numériques - Bookchoice club - Bookchoice livres - Bookchoice Nathan Hull


Entre le livre numérique et le livre audio, Bookchoice ne choisit pas : ce vendeur d'ebooks et de livres audio s'appuie sur un modèle similaire aux clubs de livres pour proposer 8 titres par mois à ses utilisateurs, en misant sur une recommandation aux petits oignons. Rencontre avec Nathan Hull, directeur du contenu de Bookchoice.

 

Livre Paris 2017

Nathan Hull, directeur du contenu de Bookchoice (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

 

La société Bookchoice a déjà une longue histoire : au départ, en août 2014, Elly's Choice, créé par un entrepreneur néerlandais, proposait une sélection mensuelle de livres numériques à télécharger tous les mois, sur le modèle d'un club de livres. Puis, face à l'engouement pour les livres audio constaté aux Pays-Bas, le service a évolué en proposant également ce format.

 

Aujourd'hui, Bookchoice reste centré sur son modèle de club de livres, mais propose les formats numérique et audio de 8 titres à ses abonnés, en échange d'un abonnement mensuel de 3,99 €. Et la plateforme s'exporte vers l'Allemagne, le Royaume-Uni, l'Espagne et bientôt la France.

 

« Avant même d'évoquer une expansion vers le marché francophone, nous connaissions les différences en matière de législation, et particulièrement le prix unique du livre numérique. Nous avons consulté notre équipe de juristes pour préparer notre approche, avant de nous tourner vers les éditeurs français pour comprendre leurs besoins et définir une approche viable du marché » explique Nathan Hull.

 

Le club de lecture, au coeur de la stratégie

 

Pour assurer sa présence en France, Bookchoice s'appuiera tout simplement sur son modèle de club de livres, ce qui permettra au service de respecter la loi sur le prix unique du livre : « Nous ne travaillerons qu'avec des titres confiés par les éditeurs eux-mêmes, et nous pourrons même créer des éditions spéciales Bookchoice de leurs ouvrages », explique Nathan Hull. Selon lui, les éditeurs pourraient élargir leur lectorat en confiant leurs titres à Bookchoice, grâce à son modèle commercial atypique.

 

S'attaquer de front aux marchés du livre numérique et de l'audio à l'aide d'une offre couplée n'est pas le pari le plus simple à relever : sur les deux terrains, on trouve Amazon ou sa filiale Audible en acteurs dominants. « Avoir des acteurs aussi importants permet aussi de susciter l'intérêt et les usages du public pour certains contenus », relativise Nathan Hull. « De toute façon, notre objectif n'est pas de prendre la place de ces acteurs : nous voulons créer une niche intéressante pour les éditeurs et les lecteurs, et travailler à l'expansion de cette niche. »

 

Pour convaincre les éditeurs qu'un travail de fond et sur le long terme est possible, Bookchoice met les moyens, avec 43 studios à disposition pour des enregistrements et les contacts d'une centaine d'acteurs et de lecteurs à voix haute français. « Si le livre audio existe, nous travaillons avec les éditeurs pour le vendre au mieux. S'il n'existe pas, nous le créons avec eux, mais sans conserver les droits sur le fichier, contrairement à d'autres acteurs... »

 

Ancien responsable des livres audio et des ebooks chez Penguin UK, Nathan Hull connaît « les attentes des lecteurs et les impératifs des éditeurs » : selon lui, l'absence de moyens pour produire des livres audio ne doit pas conduire vers des abandons de droits au profit de certains acteurs. Comprend qui veut.

 

Une seule offre pour convenir à tous les usages

 

« À quoi ressemblera le marché français dans 3 ans ? S'il y a des milliers, des millions d'auditeurs, quelles seront les possibilités laissées aux éditeurs ? » En France, le livre audio suit peu ou prou le même développement que le livre numérique : quelques adeptes, plutôt fidèles au format, mais des difficultés à convaincre le grand public. Selon une étude OpinionWay réalisée pour Audible, 17 % des Français écouteraient des livres audio et 39 % des podcasts. Malgré cet intérêt, les ventes de livres audio ne représenteraient que quelques pourcents du chiffre d'affaires total de l'édition française.

 

Proposer les formats numériques et audio simultanément peut sembler l'atout principal de Bookchoice, mais le service mise plutôt sur une offre mensuelle pointue et intéressante. « Mon passage chez Mofibo [service d'accès en illimité à des ebooks et livres audio, NdR] m'a montré qu'il existe deux types de consommateurs : ceux qui utilisent exclusivement l'un des deux formats, respectivement 40 % des utilisateurs, et ceux qui utilisent les deux, à 20 %, mais pas pour le même titre : on lira un livre business, mais on écoutera plus facilement un livre de fiction », souligne Nathan Hull.

 

Raison pour laquelle l'application de Bookchoice ne propose pas une reprise de la lecture audio au point d'arrêt de l'ebook, et vice-versa : « Chez Mofibo, nous avons dépensé du temps et de l'argent pour mettre au point cette technologie, et personne ne l'a utilisé. Les usages sont trop différents, et nous avons préféré proposer une fonctionnalité de reprise de la lecture selon les chapitres. » Une approche pragmatique du marché, donc, qui doit encore convaincre les éditeurs...