Booksai, outil intelligent de prescription de livres

Clément Solym - 18.10.2012

Lecture numérique - Usages - prescription de livres - Booksai - moteur de recommandation


Les outils de prescription fleurissent, accompagnant les internautes dans la recherche du livre de leurs rêves. Booksai est le dernier arrivé dans le domaine, puisant dans les ressources de l'intelligence artificielle pour réaliser des analyses pertinentes. Et offrir des recommandations en matière de livres, qui soient les plus proches possibles des goûts du lecteur. Banzaï !

 

 

 

 

Un groupe international de développeurs, venus de Russie, d'Allemagne et d'Inde, a mis au point depuis avril dernier un instrument, aujourd'hui en version bêta, assurant que la machine n'est pas encore assez au point pour être ouverte au grand public. Seul un moteur de test est pour l'heure accessible, mais ses promesses sont grandes. 

 

En effet, Booksai s'appuie sur des recommandations qui ont pour critères le style, le ton, l'humeur du moment et bien entendu les précédentes lectures. Tout en se donnant pour défi de sortir des grandes listes des meilleures ventes, les lectures favorites de ses amis ou les ouvrages du même auteur. « Notre technologie n'analyse que le contenu d'un livre, et n'a aucune notion de la position dans les meilleures ventes, ni l'historique des achats. Il peut simplement détecter les sensibilités particulières et les connexions cachées entre les livres et les auteurs. »

 

Évidemment, nous parlons ici d'un algorithme qui farfouille le texte pour détecter les différentes modalités du livre. L'utilisateur peut alors s'appuyer sur des critères à définir, ou simplement parcourir aléatoirement les résultés avancés. Il ne repose pas non plus sur une analyse sémantique. L'apprentissage progressif de la machine découle d'autres outils, comme la graphématique, la phonosémantique, les modèles cachés de Markov [NdR : système modélisé absolument passionnant].

 

Affiner les propositions, selon les textes

 

Dima Bitnique, l'un des développeurs, explique à Digital Books World que le produit ne dispose que de 10.000 références à l'heure actuelle, ce qui ne représente qu'un maigre échantillon en regard des millions d'ouvrages en vente. D'autant plus qu'en fonction de la taille du texte, la difficulté grandit : plus on trouve de contenu, plus les chances d'identifier correctement les données sur l'ouvrage augmentent. Un minimum de 40.000 caractères est nécessaire pour obtenir un résultat pertinent.

 

La précision grandissante est également un outil solide sur lequel repose Booksai. « Il existe beaucoup de programmes simples sur internet, qui présentent des auteurs, en utilisant des machines qui apprennent à classer. En général, elles peuvent être efficaces sur la classification de plusieurs douzaines de textes et d'auteurs, sur lesquelles elles ont été formées. Avec un niveau de précision de 60 % », souligne Bitnique. 

 

Plus qu'un simple outil perfectible, les développeurs envisagent Booksai comme un avenir de la prescription de livres, mais par extension, un outil dont un moteur de recherche pourrait amplement tirer parti. Mais pour l'heure, seul le domaine du livre intéresse ses créateurs.

 

 

Dernièrement, le réseau social du livre Babelio avait présenté un nouvel outil de recommandation, qui se rapproche le plus possible des choix et des goûts des utilisateurs du réseau. « Notre algorithme, pour employer un vilain mot barbare, s'affine avec le temps, et se trouve enrichi par les apports des autres utilisateurs. Il continue de traiter les données qui sont envoyées, et par ce biais, fait des propositions de plus en plus pertinentes et fines », expliquait Pierre Fremaux, cofondateur. 

 

Ici, c'est en s'appuyant sur des millions de données, mots-clefs et autres choix de lecture, que la recommandation s'opère. De quoi sortir du simple modèle de sites marchands, proposant de découvrir des livres en fonction de ses achats et des achats réalisés par d'autres internautes.