Booksquare, nouvelle application de partage de livres

Antoine Oury - 23.12.2015

Lecture numérique - Applications - booksquare application - partage livres gratuits


Certains parleront d'économie du partage, d'autres d'« Uberisation » : Booksquare, application actuellement en développement, s'appuie sur la géolocalisation pour faciliter le prêt de livres entre particuliers. Un concept déjà connu, que Booksquare entend personnaliser et humaniser, en mettant en avant le rendez-vous entre les lecteurs et, pourquoi pas, le reste du monde du livre.

 

 

 

Hugues de Saint-Vincent, cofondateur de Booksquare, espère être prêt, avec son équipe de deux développeurs, Jean-Arnold Chenilleau et Charles Costrel de Corainville, pour le Salon du Livre de Paris 2016, en mars prochain. Les lecteurs pourront normalement y découvrir l'application Booksquare pour iOS et Android, ainsi qu'un site mobile correspondant, sous la forme de prototypes.

 

« Se procurer des livres coûte cher, surtout lorsque l'on est un grand lecteur », explique Hugues de Saint-Vincent en évoquant la genèse de Booksquare, « et cela demande aussi beaucoup de place. On sait qu'il y a des livres que l'on ne va pas relire, mais, pour autant, je serais incapable d'en jeter un seul. Même si je suis quelqu'un de très digital, je suis attaché à l'objet et je trouve que donner ou prêter un livre reste primordial. C'est la raison pour laquelle nous nous sommes concentrés sur le livre papier », explique ce diplômé d'une école de commerce.

 

L'application fonctionne « comme un Tinder du livre », explique Hugues de Saint-Vincent : l'utilisateur s'inscrit avec son adresse mail ou son profil Facebook, et se voit proposer un écran principal qui affiche une couverture de livres. Comme pour l'application de rencontres Tinder, un glissement à gauche signale le refus, celui à droite un intérêt : une messagerie s'ouvre en cas de glissement à droite, pour convenir d'un rendez-vous avec la personne qui propose cet ouvrage.

 

Économie du partage, mais économie quand même

 

Booksquare fonctionne à l'aide de la géolocalisation, et proposera donc des échanges à proximité. « Selon le principe de l'application, les échanges sont définitifs », explique Hugues de Saint-Vincent, « et pour éviter que les échanges soient limitatifs, nous avons instauré un système de crédits, que les utilisateurs gagneront en donnant des livres, et qui leur permettra d'en obtenir d'autres ».

 

Ce système de crédits permettra également de valoriser les livres récents : « Plus le livre est récent sur la plateforme, plus le nombre de crédits qu'il représente est élevé, et plus un livre passe de temps sur la plateforme, moins il est coté », détaille le cofondateur de Booksquare. Les concepteurs de l'application imaginent un système de parrainage d'autres utilisateurs, qui permettrait d'engendrer quelques crédits, ou encore la vente de crédits supplémentaires, qui permettrait d'asseoir le modèle économique de Booksquare.

 

Le reversement d'une partie du chiffre d'affaires à d'autres acteurs de l'édition n'est pas prévu, admet Hugues de Saint-Vincent : « Nous sommes un maillon de la chaîne du livre qui n'existe pas encore, mais nous ne sommes pas concurrents des autres maillons, nous ne faisons qu'adapter des principes anciens comme les boîtes d'échange de livres dans les rues. » Ainsi, Booksquare aura à coeur « de valoriser tous les acteurs du livre : nous voulons donner la parole aux auteurs et aux maisons d'édition, pour utiliser le réseau de l'application, ou à des libraires, qui pourraient devenir des points d'échange Booksquare, et susciter la rencontre entre lecteurs ».

 

 

 

Évidemment, les habitués de nos colonnes auront noté le concept assez proche de Booxup, une autre application de partage de livres que nous avions repérée en mars dernier. « Je considère que ce n'est pas tout à fait la même chose », explique Hugues de Saint-Vincent, « car le système de présentation des livres est vraiment central sur Booksquare, et met en avant la rencontre humaine, plus que l'aspect réseau social ».

 

Robin Sappe, cofondateur de Booxup, sollicité par ActuaLitté, remarque qu'« en septembre, nous avons vu émerger des initiatives en Inde ou en Hollande similaires à Booxup. Ce segment de la distribution est en train de se structurer. Et les acteurs traditionnels de l'édition et de la distribution ne se positionnent guère, alors que l'on connaît les bouleversements induits récemment dans d'autres secteurs comme l'hôtellerie ou le transport. C'est une évidence : l'économie collaborative va également induire des bouleversements dans le secteur du livre à court terme. »

 

Certains avaient souri lorsque la nouvelle d'une enquête préventive de la Direction des Fraudes sur Booxup avait été annoncée, mais il se pourrait bien que la DGCCRF ait été de l'avant-garde, sur ce coup...