medias

Bookstore Link : quand la nouvelle technologie se met au service des librairies

Camille Cado - 10.01.2020

Lecture numérique - Acteurs numériques - Web Bookstore Link - plateforme achat librairie - livres librairie internet


Parce qu’avec l’émergence d’Internet, il ne s’est pas seulement développé ce réflexe un peu facile qui pousse les consommateurs à acheter un livre en un clic sur la plateforme de Jeff Bezos... Parfois, de jolies idées émergent, qui servent à bon escient les librairies traditionnelles. 
 
photo d'illustration - Jill Wellington, pixabay license
 

Libro.fm mène plusieurs actions pour soutenir les librairies indépendantes des États-Unis. Par exemple, sa plateforme homonyme permet d’acheter des livres audio et de reverser une partie des bénéfices à une librairie indépendante nord-américaine, au choix du lecteur. 

Dans cette continuité, la société américaine vient de lancer Bookstore Link, un site web permettant de connecter les lecteurs directement à leur librairie pour les achats de livres en ligne. « Nous avons toujours cru que lorsque les librairies indépendantes prospèrent, les communautés qu’elles servent font de même », a déclaré Mark Pearson, cofondateur et PDG de Libro.fm. 

« Alors que les ventes de livres audio dans les librairies locales continuent de croitre avec Libro.fm, nous avons fait état d’autres difficultés auxquelles les boutiques étaient confrontées. Nous nous sommes sentis obligés de faire encore plus pour soutenir la croissance et le succès de nos librairies partenaires. »
 

Une alternative à Amazon, vitale pour les librairies


Le principe est simple. L’utilisateur entre dans la base de recherches le nom de l’auteur ou le titre de l’ouvrage qu’il souhaite acquérir, ainsi que le nom de la librairie où il souhaite le commander. Bookstore Link renvoie alors le potentiel client sur le site web de la boutique pour vérifier si le livre est disponible. Si ce n’est pas le cas, la plateforme lui recommande alors d’appeler directement la librairie, sans oublier « de leur dire à quel point le travail qu’ils font est incroyable ». C’est important.

Tous les bénéfices dus à la vente reviendront à la librairie. Bookstore Link se faisant uniquement l’intermédiaire — comme son nom l’indique — entre le client et la boutique. Lors de la recherche des utilisateurs, Bookstore Link leur proposera également l’achat du livre audio Libro.fm. Auquel cas, les bénéfices seront partagés entre la société américaine et la librairie. 

« Alors que de nombreux sites et médias renvoient directement à Amazon pour l’achat de livres, trouver une solution pour relier les ouvrages aux librairies était devenu une priorité absolue pour nous », reprends Mark Pearson. « Cela nous a demandé énormément de travail, mais ça en vaudra la peine lorsque nos librairies partenaires constateront une augmentation de leurs ventes en ligne. » 

À ce jour, Libro.fm travaille avec plus de 875 librairies partenaires à travers les États-Unis. Le PDG a souligné qu’il était dans l’intérêt de la société de soutenir la croissance et d’assurer la pérennité de ces boutiques. « Libro.fm a aussi besoin des librairies pour survivre », a-t-il expliqué. 

« En moyenne, une librairie aux États-Unis fait un chiffre d’affaires de 1,2 million $, mais son bénéfice net s’élève à seulement 10 000 $. Chaque ventre de livres en format imprimé ou en audio — comme nous l’avons mis en place — compte. Si nous ne pouvons pas aider les librairies à vendre plus d’ouvrages, peu importe le format, alors ce sera notre échec. »
 

Tous unis contre l’ennemi commun


Si Bookstore Link entend rivaliser directement avec Amazon, il fera bientôt de la place à un autre concurrent, plus bienveillant cette fois-ci. Bookshop, soutenu par l’American Booksellers Association (ABA), devrait en effet voir le jour courant du mois de janvier. Cette plateforme a également pour objectif de donner aux librairies indépendantes un avantage concurrentiel sur celle de Jeff Bezos.

En offrant aux lecteurs la possibilité de commander en un clic des livres imprimés et audio, Bookshop entend aussi aider les librairies en redistribuant 10 % du prix de chaque vente aux librairies membres de l’ABA qui choisissent de devenir partenaires de la plateforme.

« Nous pensons qu’il y a des consommateurs adeptes de l’achat en ligne qui choisiraient volontiers de soutenir les librairies indépendantes s’il y avait une alternative visible et pratique à Amazon », a soutenu l’ABA dans un récent communiqué. 

Pour rappel, d’autres initiatives ont été créées ces dernières années. Par exemple, IndieBound.org en 2008. Cette application développée par l’ABA propose la possibilité d’acheter directement les livres numériques des librairies associées, mais peu de ventes ont été réalisées.
 

Plus récemment, une plateforme italienne du nom de Goodbook.it offre aux lecteurs la possibilité de consulter en ligne un catalogue avec plus de 700.000 titres, de réserver ceux qui les intéressent, et de les retirer auprès de la librairie la plus proche. Là encore, l’entreprise n’a pas été fructueuse, car elle ne bénéficiait pas de l’outil de livraison.

via Forbes



Commentaires
"l’entreprise n’a pas été fructueuse, car elle ne bénéficiait pas de l’outil de livraison"



Dommage parfois (comme le Lézard Noir) d'utiliser un service de livraison qui est pas fiable
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.